Homebrewers.be - Jun 20

Fumer son malt (à chaud)

Les beaux jours sont de retour, pourquoi ne pas en profiter pour fumer son malt ? Voici ma méthode pour profiter d’un malt fumé maison pour ses bières maisons. Il vous faudra un peu de […]

Cet article Fumer son malt (à chaud) est apparu en premier sur Homebrewers.be.

2 days ago

Les beaux jours sont de retour, pourquoi ne pas en profiter pour fumer son malt ? Voici ma méthode pour profiter d’un malt fumé maison pour ses bières maisons.

Il vous faudra un peu de matériel. Pour le bois de fumage, Weber et Barbecook propose une gamme complète. Le choix est important, et pour notre consommation, leurs paquets suffisent.

Matériel nécessaire :

  • Un barbecue permettant d’être refermé (au charbon ou au gaz)
  • Du malt pilsen ou pale
  • Un grand plat pyrex, permettant d’y mettre au moins 1kg de malt (ou équivalent pouvant supporter des températures de plus de 200°C)
  • Un plus petit plat pyrex, dans lequel sera déposé 1cm d’eau (ou équivalent pouvant supporter des températures de plus de 200°C)
  • Du bois de fumage (alimentaire)

Le récipient en plastique présenté ici a été utilisé uniquement pour le trempage du bois ♦ …

Etapes 1/ Tremper le bois de fumage

Si vous utilisez des copeaux (ce que l’on trouve en magasin de bricolage), il vous faudra les tremper pendant au moins 30 minutes. Pour gagner en vaisselle faites tremper les copeaux dans le plus petit pyrex, sinon tout autre récipient fera l’affaire. Lorsque je fume du malt, j’en utilise  3 bonnes poignées. N’utilisez pas l’eau qui a servi à tremper les copeaux, celle-ci est chargée de tanins.

2/ Faire chauffer son barbecue

Je vais éviter de vous faire un cours complet sur le barbecue. Mais le but est de stabiliser la température aux alentours de 120°C. Pour se faire, il vous faut connaître un peu votre barbecue.

Une chose à retenir est de se munir d’une zone chaude et d’une zone froide dans votre barbecue. Rafa, un blogueur connu dans le milieu du smoking, a fait une très belle vidéo pour expliquer la cuisson indirecte (sur BBQ au charbon et au gaz) :

Le plus petit pyrex sera à déposer au dessus de la zone chaude. Deux utilités à cela :

  1. Harmoniser la température dans votre barbecue
  2. Humidifier les produits à fumer
3/ Fumage du malt

Le malt est à déposer dans le plus grand pyrex. Pyrex qui sera déposé sur la zone froide de votre barbecue. Je vous déconseille de mettre en chaleur directe, le malt caramélisera dans son récipient et pourrait même se voir torréfié dans le pire des cas. Afin de limiter la cuisson de votre malt, il vous faudra le remuer dans le pyrex toutes les 15 minutes, le but est d’empêcher le malt présent sur les parois de bruler. Lors de cette étape, n’hésitez pas à ajouter du bois si nécessaire.

Pour ma part je fume le malt pendant 2h. Vérifiez que le plus petit pyrex est toujours alimenté en eau.

4/ Utilisation

Le malt pourra être utilisé 2 semaines après le fumage, je garde généralement mon malt plus d’un an dans des boites hermétiques. Stockez celui-ci dans un endroit sec et à l’abri de la lumière.

La quantité de malt à utiliser dans votre recette dépendra de celle-ci. Gardez à l’esprit qu’il ne doit plus rester grand chose pour décomposer l’amidon en sucre simple.

Remarques

Les essences d’arbres fruitiers apportent des arômes proches des fruits qu’ils vous fournissent. L’hichory est très épicé, tandis que le pommier rappelle clairement son fruit et tire sur des arômes fruités voir même « sucrés ». Il vous est aussi possible de faire des mélanges d’essences.

On ne fume des aliments qu’avec du feuillu. N’utilisez que du bois de qualité alimentaire. Et faites attention en manipulant votre barbecue.

Cet article Fumer son malt (à chaud) est apparu en premier sur Homebrewers.be.

2 days ago

Youpibrassin - Jun 18

Brassin – Oliv 7 – Punk-ish

IPA facon Brewdog American IPA Type: All Grain Date: 17 juin 2018 Volume à fermenter: 18.00 l Brasseur : Oriane & Oliv Volume d’ébullition: 23.75 l Durée d’ébullition: 60 min Volume post-ébullition: 18.75 l Rendement: 72.00 % Volume embouteillé: 18.00 l Rendement prévu: 72.0 % Ingrédients Ingredients Amt Name Type # %/IBU 4.17 kg Pilsner …

Lire la suite de Brassin – O 3 days ago

IPA facon Brewdog

American IPA ♦ Type: All Grain Date: 17 juin 2018 Volume à fermenter: 18.00 l Brasseur : Oriane & Oliv Volume d’ébullition: 23.75 l Durée d’ébullition: 60 min Volume post-ébullition: 18.75 l Rendement: 72.00 % Volume embouteillé: 18.00 l Rendement prévu: 72.0 %

Ingrédients

Ingredients
Amt
Name
Type
#
%/IBU 4.17 kg Pilsner (2 Row) Bel (3.0 EBC) Grain 1 93.3 % 0.30 kg Caramel/Crystal Malt – 10L (19.7 EBC) Grain 2 6.7 % 18.95 g Chinook [11.80 %] – Boil 60.0 min Hop 3 34.1 IBUs 11.84 g Ahtanum [3.80 %] – Boil 60.0 min Hop 4 6.9 IBUs 18.95 g Chinook [11.80 %] – Boil 30.0 min Hop 5 26.2 IBUs 11.84 g Ahtanum [3.80 %] – Boil 30.0 min Hop 6 5.3 IBUs 26.05 g Chinook [11.80 %] – Boil 10.0 min Hop 7 17.0 IBUs 11.84 g Nelson Sauvin [12.00 %] – Boil 10.0 min Hop 8 7.9 IBUs 11.84 g Simcoe [12.00 %] – Boil 10.0 min Hop 9 7.9 IBUs 1.0 pkg New World Strong Ale (Mangrove Jack’s #M42) Yeast 10 – 38.00 g Chinook [11.80 %] – Dry Hop 5.0 Days Hop 11 0.0 IBUs 35.66 g Ahtanum [3.80 %] – Dry Hop 5.0 Days Hop 12 0.0 IBUs 35.66 g Cascade [5.00 %] – Dry Hop 5.0 Days Hop 13 0.0 IBUs 35.66 g Simcoe [12.00 %] – Dry Hop 5.0 Days Hop 14 0.0 IBUs 19.02 g Nelson Sauvin [12.00 %] – Dry Hop 5.0 Days Hop 15 0.0 IBUs 9.51 g Amarillo [8.20 %] – Dry Hop 5.0 Days Hop 16 0.0 IBUs

Profil

Densité initiale prévue: 1.054 SG Densité initiale mesurée: 1.053 SG Densité finale prévue: 1.012 SG Densité finale mesurée: Pourcentage d’alcool par volume estimé: 5.5 % Pourcentage d’alcool par volume mesuré: Amertume: 105.1 IBUs Couleur: 8.0 EBC

Profil d’empâtage

Type de profil: BIAB, Medium Body Poids total des grains: 4.47 kg

Hop, on se lance dans du ‘murica !

Log en vrac :

9h30 :  empattage, 21L + 4.5kg de grain, le tout à 67°
9h45 : 1041SG
10h20 : 1053SG
10h30 : sortie de sac + rinçage (5L à travers le sac) . Densité post rinçage :  1029SG
10h40 : Petite recircu à la main + squizzage du sac
10h50 : 1044SG pour 1041 estimé, volume pré-ébu 22.8L
11h10 : ébu atteinte
11h40 : 1047SG / 21.5L
12h10 : 1053SG / 20.5L, c’est à dire ce qui était prévu o/

Notre pour la prochaine fois : foutre des colliers de serrage sur les raccords du refroidisseur, ça évitera d’inonder la cuisine.

♦Co-brasseuse ♦


Mais non c’est pas trouble

3 days ago

Homebrewers.be - Jun 13

Rôle de l’ébullition du moût

Une des étapes les plus importantes dans de nombreux styles de bière est l’ébullition. Mais quel est le but de l’ébullition ? Simplement de stabiliser le moût. Cet article se veut être une synthèse, pour […]

Cet article Rôle de l’ébullition du moût est apparu en premier sur Homebrewers.be.

9 days ago

Une des étapes les plus importantes dans de nombreux styles de bière est l’ébullition. Mais quel est le but de l’ébullition ? Simplement de stabiliser le moût. Cet article se veut être une synthèse, pour prendre connaissance des différents processus je vous invite à lire les références citées dans les sources de l’article.

1/ Dénaturer les enzymes

Lors de l’empâtage, il n’est pas rare (mais pas forcément nécessaire) d’effectuer un mash-out. Le mash-out consiste à monter la température de la maische à 79°C afin de stopper le travail des enzymes sur l’amidon présent dans les grains. Malheureusement une température de 90°C est nécessaire pour que cette activité soit complètement stoppée1.

2/ Pasteurisation du moût

Vu la durée d’ébullition, de 60 à 90 minutes, cette étape permet d’assainir des différents microorganismes le moût.

Voici un ordre d’idée du temps et la température nécessaire pour la destruction des microorganismes2 :

Durée Température Levures de culture 5 minutes 54°C Levures sauvages 5 minutes 56°C Lactobacilles 10 minutes 58°C Spores de levure 15 minutes 64°C

Tous les microorganismes d’une même famille ne sont pas détruits en même temps. Leur nombre décroit suivant une courbe logarithmique3. Plus une population comprend d’organismes vivants plus la durée sera élevée. Dans cette optique, une chaleur de plus de 60°C appliquée pendant 20 minutes donne une bonne marge de sécurité.

3/ Houblonnage de la bière

Le houblonnage lors de l’ébullition apporte arômes, amertumes et propriétés anti-septiques. Afin d’être dissouts, les acides-alpha ont besoin d’être isomérisés. L’isomérisation des acides-alpha ne peut se faire à des températures froides, et c’est cette raison pour laquelle un houblonnage à cru n’apporte pas d’amertume4. La température d’isomérisation est de 80°C.

Il y a deux grandes familles de type d’houblonnage : le houblonnage amérisant et le houblonnage aromatique. Le houblonnage amérisant est ajouté en début d’ébullition pour une période de 60 minutes, comme son nom l’indique il apporte l’amertume à la bière. Tandis que le houblonnage aromatique est ajouté en fin d’ébullition afin de garder un maximum d’huiles essentielles qui sinon s’évaporeraient.

Lors de brassins dont l’ébullition pourraient prendre plusieurs heures, il est déconseillé d’ajouter le houblon amérisant en début d’ébullition. Celui-ci ajoutera alors de l’âcreté à votre bière. Il est conseillé de garder les temps traditionnels (60 minutes avant la fin de l’ébullition pour ajouter du houblon amérisant)5.

4/ Concentration du moût

Le moût subit une réduction lors de l’ébullition. On considère souvent un taux d’évaporation de 5% à 10% par heure comme acceptable6.

5/ Clarification du moût

L’ébullition continue permet la coagulation des protéines et les précipite dans le fond de la cuve d’ébullition. Cette cassure empêche les protéines de passer dans la cuve de fermentation et permet ainsi de limiter le trouble 7.

6/ Coloration du moût

Lors de l’ébullition il y a une augmentation de la coloration du moût via 3 processus, la caramélisation du sucre, la formation de mélanoïdines, et l’oxydation des tanins8. Cette colorisation est d’autant plus importante que le pH est élevé. On parle alors de réaction de Maillard. La couleur du moût est exprimée en EBC.

Le houblonnage, qui a lieu lors de l’ébullition, augmente sensiblement la coloration du moût9.

7/ Diminuer les Dimethyl Sulfides (DMS)

Dans le moût se trouvent des composés sulfurés. Pour se séparer de ceux-ci il faut bouillir le liquide. Lors de l’ébullition les composés sont relâchés dans les vapeurs. C’est pour cette raison qu’il est préférable de laisser la cuve à l’air libre lors des 15 premières minutes, sinon ces composés seraient remis dans le moût via les gouttelettes d’eau qui perleraient sur les parois du couvercle.

Ces DMS apportent un goût de légumes cuits ou de pop-corn, une belle raison pour que ceux-ci ne soient pas présentes dans la bière.

Les précurseurs de ces DMS sont produits lors du maltage et sont libérés pendant l’ébullition10.

8/ Diminuer le pH de la bière

En diminuant le pH de la bière, on augmente la finesse de l’amertume de la bière.  A un pH élevé les tanins présents dans la bière s’oxydent d’avantage11. Le pH diminue de 0,2 à 0,3 pendant l’ébullition12.

Sources

Si vous désirez en savoir plus sur les différents aspects de l’ébullition, cet article se base sur les sources suivantes :

1 Nicolas Imbreckx, Technologie Brassicole, Les Editions de la province de Liège, page 104.
2 J. De Clerck, Cours de brasserie, Volume 1,  Matières premières, Fabrication, Installations, Van Linthout , page 831.
3 J. De Clerck, Cours de brasserie, Volume 1,  Matières premières, Fabrication, Installations, Van Linthout , page 831.
4 J. De Clerck, Cours de brasserie, Volume 1,  Matières premières, Fabrication, Installations, Van Linthout , page 483.
5 J. De Clerck, Cours de brasserie, Volume 1,  Matières premières, Fabrication, Installations, Van Linthout , page 485.
6 Nicolas Imbreckx, Technologie Brassicole, Les Editions de la province de Liège, page 106.
7 Greg Hugues, Faire sa bière maison, Marabout, page 61.
8 J. De Clerck, Cours de brasserie, Volume 1,  Matières premières, Fabrication, Installations, Van Linthout , page 484.
9 J. De Clerck, Cours de brasserie, Volume 1,  Matières premières, Fabrication, Installations, Van Linthout , page 499.
10 John Palmer, How to brew, Brewers Publications.
11 J. De Clerck, Cours de brasserie, Volume 1,  Matières premières, Fabrication, Installations, Van Linthout , page 831.
12 J. De Clerck, Cours de brasserie, Volume 1,  Matières premières, Fabrication, Installations, Van Linthout , page 501.

 

 

Cet article Rôle de l’ébullition du moût est apparu en premier sur Homebrewers.be.

9 days ago

Homebrewers.be - Jun 06

BeerSmith 3 annoncé

Un des principaux logiciel de création de recettes (et pas que) devrait voir sa nouvelle version sortir dans les semaines à venir. La dernière version majeure a été proposée il y a 7 ans. Cette […]

Cet article BeerSmith 3 annoncé est apparu en premier sur Homebrewers.be.

16 days ago

Un des principaux logiciel de création de recettes (et pas que) devrait voir sa nouvelle version sortir dans les semaines à venir. La dernière version majeure a été proposée il y a 7 ans. Cette nouvelle version/mise à jour sera payante pour les utilisateurs dont la licence a été acquise il y a plus de 9 mois. Je pense que nous sommes nombreux dans ce cas.

Je n’ai malheureusement pas encore testé le logiciel, Les conclusions ne sont basées que sur les screenshots ayant été publiés lors de l’annonce.

Les nouveautés

La bière ne sera plus l’unique sujet de cette version, le vin, l’hydromel ainsi que le cidre seront pris en charge. L’autre grosse nouveauté viendra des nombreux ingrédients ajoutés. BeerSmith 3 utilisera enfin une connexion sécurisée vers le cloud, le GDPR étant à mon avis pour quelque chose.

Au niveau des nouveautés mineures, on retrouve l’ajustement de l’ébullition à haute altitude et une simplification de l’interface. Pourquoi parler d’une nouveauté mineure pour cette dernière ? Simplement que les screenshots partagés ne font mention que d’une simplification de l’interface.

Le prix

Une politique de prix à deux vitesses. D’un côté une licence de base à un prix correcte mais ne pouvant être installée que sur un seul poste. Une licence limitée, avec des fonctions en ligne basiques.

Et de l’autre, un système de licence annuelle permettant un peu plus de liberté, mais surtout disposant des mises à jour majeur (hypothétique version 4). Le prix annoncé commence à 9,95$ / an et termine à 39,95$ / an.

A savoir que ces prix sont ceux de la pré-commande. Mais que même sans cette réduction, le constat reste le même.

La version française ?

Aucune annonce officielle pour le moment sur le site BeerSmith.com. Du côté des bruits de couloirs, quelques membres du forum brassageamateur.com s’activent sur la traduction. A savoir si c’est l’AFIBRA qui revendra cette licence ou non, et si l’argent sera entièrement dédié à la communauté.

Conclusion

Fondamentalement cette version n’apporte à mes yeux pas assez de nouveautés pour l’acquérir si vous disposez de BeerSmith 2 et que celui-ci est configuré convenablement pour votre installation.

Deuxième point noir est le nombre limité de poste sur lequel le logiciel peut être installé. A l’heure où nous sommes de plus en plus de personnes à passer d’un terminal à un autre, d’être sur le PC familial pour créer la recette, et d’afficher celle-ci sur un portable lors du brassage, il sera théoriquement impossible pour le brasseur amateur de continuer dans cette optique. Sauf si vous passez à la caisse …

Mais heureusement tout n’est pas mauvais, et la prise en charge du vin, de l’hydromel et du cidre est un gros plus. Ces différents produits fermentés prenant de plus en plus de place parmi les brasseurs amateurs de l’autre côté de l’Atlantique. En toute logique, ceux-ci devraient être prochainement fabriqués par les fans de DIY ici aussi.

Comment je vois la version 4 de BeerSmith ? Application Web responsive avec un abonnement mensuel/annuel. Fini l’application de bureau lourde.

Pour en savoir plus sur les fonctionnalités : BeerSmith 3 New Features
Pour en savoir plus sur les licences disponibles : BeerSmith 3 Licensing Explained

Cet article BeerSmith 3 annoncé est apparu en premier sur Homebrewers.be.

16 days ago

Blog du Gamb - Jun 01

Test tige de remplissage inox Aliexpress

Petit test matos : une tige de remplissage full inox que l'on trouve assez souvent sur le net. Très belle pièce à prix abordable mais qui à quelques limitations.
 

 

Introduction


Je suis toujours avec mon système d'embouteillage bricolé en speed pour les premiers brassins ! J'avais récup un morceau du serpention de refroidissement, du tuyau silicone du gamboteur et j'utili 21 days ago

Petit test matos : une tige de remplissage full inox que l'on trouve assez souvent sur le net. Très belle pièce à prix abordable mais qui à quelques limitations.
 

 

Introduction


Je suis toujours avec mon système d'embouteillage bricolé en speed pour les premiers brassins ! J'avais récup un morceau du serpention de refroidissement, du tuyau silicone du gamboteur et j'utilise une pince à circlips pour stopper la bière. Ce qui m'embête avec mon système est de devoir gérer le niveau de remplissage à la main et j'ai besoin des deux mains pour remplir une bouteille.

J'ai vu ce modèle de tige sur le net, le système d'arrêt de la bière m'intéressait beaucoup et en plus la pièce est toute en inox ! Pour 10 euros livré, j'en ai prit deux car j'aimerai bien remplir les bouteilles par paire :D Pour trouver votre bonheur sur Alipexpress vous pouvez utiliser les mots clés suivant : bottle filler, 304, stainless, tige remplissage, homebrew. Les annonces bougent beaucoup, donc le lien suivant n'est pas forcément pérenne mais c'est ici que j'ai prit les tiges :
www.aliexpress.com/item/New-13-7-length-Spring-Loaded-Beer-Bottle-Filler-Home-Brewing-Stainless-Steel-Wine-Beer-Bottling/32818857137.html?spm=a2g0s.9042311.0.0.34e34c4dW8Kfzz


Détails sur le matos


Elle a plus fière allure que mon ancien bricolage :D On remarque de suite qu'elle est relativement imposante. Le tube principal fait 12mm de diamètre. J'utilise ma cuve trempe pour l'embouteillage, j'ai donc un camlock pour connecter la tige à la vanne de la cuve.


Les deux extrémités de la tige se dévissent, bien pratique pour le nettoyage. Il y a des petits joints toriques pour assurer l'étanchéité, c'est mignon.


Le système d'arrêt de la bière est démontable aussi, c'est vraiment une chouette pièce. Il y a même un mini joint torique sur le pointeau !


Test du matos


Je n'ai fait qu'un embouteillage avec cette tige pour voir un peu ce que ça donnait en condition réelle. Dès les premières bouteilles, j'ai vu qu'il y avait un pti problème mais une fois l'embouteillage lancé (B36), il fallait le finir ! J'ai testé à l'eau avec pas mal de formats pour mesurer le volume de bière exacte. Je vais pas faire durer le suspens trop longtemps, la tige est trop grosse et quand on la retire, le volume de bière dans la bouteilles est trop petit ! Il manque dans les 2cl, ce qui est énorme.

J'utilise des 50cl type Frankonia en ce moment. A vide, une bouteille pèse 365g.


Une fois remplie avec la tige, on repèse la bouteille et là c'est le drame :D 852g, il y a donc 487g d'eau dedans, soit 48.7cl.


Visuellement, on voit bien qu'il y a un problème. Je me suis rendu compte sur l'embouteillage de B36, à droite sur la photo. D'où les tests à l'eau ensuite.


Dans le doute, on test aussi sur les bouteilles NRW, peut être que ça varie beaucoup d'un format à un autre. La NRW vide fait environ 374g (ça varie suivant les fournisseurs).


Une fois remplie, elle pèse 863g. Il y a donc 48.9cl d'eau, on est encore trop bas.


Comme sur la Frankonia, on voit qu'il en manque un peu :D C'est fou comme chaque centilitre compte !


Voici les résultats pour les différentes bouteilles que j'avais sous la main (poids vide/plein/différence/volume) :

  • Frankonia 50cl : 365g / 852g / 487g / 48.7cl
  • NRW 50cl : 374g / 863g / 489g / 48.9cl
  • 50cl bouchon mécanique : 443g / 928g / 485g / 48.5cl
  • Longneck 33cl : 228g / 542g / 314g / 31.4cl
  • Vichy 33cl : 246g / 560g / 314g / 31.4cl
  • 75cl capsule 26mm : 557g / 1291g / 734g / 73.4cl
  • 75cl capsule 29mm : 535g / 1272g / 737g / 73.7cl


On constate que le problème est présent sur tous les modèles ... Ils ont testés les mecs qui vendent ces tiges ? J'ai fait un essai en mixant mon ancienne tige avec le système d'arrêt,  je gratte à peine 0.6cl ... Il faut un tube inférieur à 10mm de diamètre je dirais.


Conclusion


Je pensais faire un bel upgrade de ma tige de remplissage "provisoire", eh ben c'est raté. Ce n'est pas acceptable d'avoir autant de volume manquant. C'est dommage car la pièce, en elle même est de bonne qualité. Facilement démontable, nettoyable et pas chère. Aucun moyen de régler le volume puisque c'est le volume prit par la tige qui détermine l'espace libre dans la bouteille. Il faut aussi se demander si ce suprplus d'espace libre, donc d'oxygène n'est pas dommageable pour la bière.

Autre limitation, le débit est très lent ! J'étais habitué avec mon ancien système à un truc qui envoie. Là on se traine, il faut paralléliser, soit capsuler en même temps ou les remplir deux par deux (option que je vise). Je vais essayer de trouver un tube de plus petit diamètre, entre 8 et 9mm pour remplacer le tube de cette tige. Je garderai néanmoins le système d'arrêt de la bière qui est nickel. Il faudrait un tube inox un peu comme les plongeurs de sodakeg, à voir comment fixer le clapet.

Est ce que je recommande ? Clairement non, pour 10 euros, on a un truc qui brille mais qui est inutilisable. Seul le système d'arrêt de la bière est intéressant mais ne justifie pas l'achat.


Références


La police d'écriture utilisée sur les photos : www.dafont.com/fr/dymaxion-script.font

21 days ago

Blog du Gamb - May 27

B41 - Helles Yeah itération 3

Ayant enfin reçu le Centennial qui était prévu pour B38, on rebrasse ce croisement de APA et de Helles. Deuxième brassin du mois de mai, quota tenu ;-)
 

 

Résumé
Brassé le : 26/05/2018
Embouteillé le : -
Volume : Brassin 72 L
Densités : Initale 12.4°P / Finale 2.6°P
Alcool : 5.3% en keg / 5.6% en bouteille
Amertume : 26 days ago

Ayant enfin reçu le Centennial qui était prévu pour B38, on rebrasse ce croisement de APA et de Helles. Deuxième brassin du mois de mai, quota tenu ;-)
 

 

Résumé
Brassé le : 26/05/2018
Embouteillé le : -
Volume : Brassin 72 L
Densités : Initale 12.4°P / Finale 2.6°P
Alcool : 5.3% en keg / 5.6% en bouteille
Amertume : 30.2 IBU
Couleur : 7 EBC

Recette
100% Weyermann Floor Malted Bohemian Pilsner 4EBC : 12.5kg
FWH 0.75g/L Centennial 2016 9.4%AA : 54g / 19.7 IBU
15minutes 0.75g/L Centennial 2015 11.1%AA : 54g / 10.5 IBU
Whirlpool 1.5g/L Centennial 2015 11.1%AA : 108g / 0 IBU
-M/mL/°P WLP 029 German Ale : 1 pack 10/02/18 / 3.5L starter
Double décoction 50°C / 67°C / 78°C : trempe épaisse 15 minutes / trempe claire 5 minutes
Ebullition 80 minutes / évaporation 8.5% / rendement 75%
Fermentation 7j 14°C / 3j 16°C / 15j 5°C

Dégustation
-

Fermentation
Ensemencement : 27/05/2018 à 14h, frigo à 18°C, consigne 15°C / Starter décanté, la moitié du liquide viré
Mesure : 26/05/2018 à 19h, SG 1.047, densité initiale
Mesure : 29/05/2018 à 19h, SG 1.038, atténuation apparente 19.1%
Mesure : 04/06/2018 à 20h, SG 1.014, atténuation apparente 70.2%
Mesure : 10/06/2018 à 12h, SG 1.011, atténuation apparente 76.6%
Consigne : 10/06/2018 à 12h, 15°C à 5°C

Brassage
11h00 : démarrage, chauffe eau + concassage
(12.5kg@17°Cx4.0->52°C = 50L@55.5°C->58L)
11h35 : 55°C -> cuve matière
11h40 : 52°C 58L
11h50 : T1 22L, reste 36L
12h03 : T1 pause 10", matière 51°C
12h35 : T1 ébu 15", matière 50°C
12h54 : retour T1, matière 65°C 56L, pause 35"
13h30 : test iode OK
13h35 : T2 22/23L
14h10 : T2 ébu, pause 5"
14h17 : retour T2, matière 75°C
14h35 : recirculation, 1050@70°C
14h50 : FWH 54g, 65°C
14h58 : 35L filtré
15h23 : 82L 1023@70°C
16h05 : ébu
16h50 : 77L
17h10 : 54g houblon, 75L
17h13 : Contre-courant à chaud, 73L
17h23 : refroidissement
17h30 : Hopstand 108g + touillage
17h50 : whirlpool 10"
17h57 : go fermenteur 24°C
18h07 : ok

Propane ébu 19.3kg->16.1kg = 3.2
Propane trempe 18.55kg->17.45kg = 1.1
Total 4.3kg de propane

Photos
Comme pour B40, on a baissé à 3.5L de starter. A voir si ça suffit car le pack WLP ne contient pas énorme de cellules.

Le pH durant le palier de saccha est comme d'hab, un peu trop haut.

Après 35 minutes à 66°C, le test à l'iode est ok. Le nouveau thermo de la cuve matière me semble un poil pessimiste.

Le premier mout est pas très limpide, par contre il va être bien pale comme je les aime :-)

On a frollé le débordement quand le mout a commencé à bouillir :D

Le mout peut charger en houblon à ce moment là, montre une cassure pas mal et une future belle limpidité.

Je refais un pti whrilpool après avoir touillé lors du hopstand, je vois pas de débris passer.

J'avais 82L pré-ébu, presque 75L en fin d'ébu, je perds 3L dans la cuve (débris houblon et albumines inclus) et 2L dans le contrecourant+tuyaux+pompe.


Références
La recette en format Brew Recipe Developer : B41_HellesYeah-test3.bre
La police d'écriture utilisée sur les photos : www.dafont.com/fr/dymaxion-script.font

26 days ago

Homebrewers.be - May 23

Recette : Pimp my Hallertau Blanc

Avec les brasseurs amateurs du Nord-Ouest de Bruxelles nous nous sommes lancés dans un petit défi qui consistait à l’utilisation d’une liste d’ingrédients dans un brassin. Pils, biscuit, sucre candi et hallertau blanc sont les […]

Cet article Recette : Pimp my Hallertau Blanc est apparu en premier sur Homebrewers.be.

30 days ago

Avec les brasseurs amateurs du Nord-Ouest de Bruxelles nous nous sommes lancés dans un petit défi qui consistait à l’utilisation d’une liste d’ingrédients dans un brassin. Pils, biscuit, sucre candi et hallertau blanc sont les ingrédients imposés. Une quantité 0 est possible, ce qui permet de retirer les ingrédients que l’on ne désire pas. En joker, un ingrédient était au choix pour le brasseur.

Le style et la levure étaient libres.

La démarche

Pour ma part je suis parti vers une Californian Lager, avec des accents de Cream Ale. J’ai utilisé le profile de cette dernière pour élaborer la recette. L’utilisation de la levure Californian Lager m’a permis d’effectuer une fermentation basse dans une plage de température haute (20°C dans la pièce de moyenne, avec des nuits un rien plus froide). Je voulais mettre en avant le houblon, l’Hallertau Blanc, et je n’ai donc pas lésiner sur les quantités. Et sur le Dry Hopping. La vision de cette Lager était quelque chose de savoureux pour l’été et qui suinte le jus de houblon sans déchausser les dents.

La recette

iFrameResize({}, "#iframe_recipe_364")

Le reportage

Rien à redire sur le concassage, le Corona a fait son travail. Comme d’habitude la mouture est correcte. Le faite que ce soit mono-grain aide pas mal, car je ne dois pas régler plusieurs fois le moulin. Vu la densité finale recherchée, le concassage passe assez vite (avantage d’une bière avec peu d’alcool).

A savoir que pour ce brassage j’ai lancé mon premier Starter (ça va mériter un article complet). La levure sent assez bon, c’est agréable de surveiller le bon déroulement de ce pieds de cuve. J’étais mitigé à prendre ce modèle d’agitateur magnétique. Mais le petit cadran avec la vitesse de rotation aide pas mal à configurer la bête quand on a eut l’idée de faire joujou avec la vitesse de rotation et que sa tige fout le camp ! Parce que vous êtes plusieurs à le demander, le Vortex est un agitateur magnétique commercialisé par un site belge (cocorico !).

Bon … à l’empâtage je remarque que mon PID n’est pas tout juste, étant en infusion je corrige la température avec de l’eau froide.  Je stabilise aux alentours de 65°C, 1h30 après le début de l’extraction des sucres il n’y a plus d’amidon. J’ai effectué le test à l’iode. C’était un peu long, mais la quantité d’eau supplémentaire a dû jouer en ma défaveur.

Les 1035 et des cacahuètes  d’avant ébullition. Le moût est correct sans être waw. Je peux mieux faire. Il faut dire que je n’ai pas beaucoup recirculé le moût.

De gauche à droite : Ariana (60min), Hallertau Blanc (10min), Hallertau Blanc (Hors flamme, à partir de 80°C pendant 10min). L’Ariana apporte une amertume propre, non agressive. C’est un houblon allemand, comme l’Hallertau Blanc.

Étonnamment, ça a pas mal évaporé.  Mais d’un autre côté le refroidissement ne s’est jamais aussi bien passé. Je n’ai jamais utilisé si peu d’eau. Ce qui a posé des problèmes lors de la vaisselle. Pour vous donner une idée : 30l d’eau, ça tenait dans l’autre cuve de 30l. Et par dessus tout, la température de cette eau était très très basse, à peine tiède.

Et cette DI atteinte ♦ ! 17 litres dans le fermenteur, du cul comme j’aime. Un moût correct sans être waw (ma petite déception de ce brassin). Ca sera une lager non filtrée pour beergeek.

Pour une fois je vais pouvoir parler de la fermentation, celle-ci s’est passée assez rapidement, une dizaine de jour. Les 3 premiers jours se sont effectués à 20°C, pour ensuite suivre pour une semaine à 14°C et terminer pendant 5 jours à 23°C. Un peu YOLO … Après une semaine, j’ai effectuer un transfert. J’ai aussi fait un Dry Hopping avec les deux houblons utilisés lors de l’ébullition. Lors de la mise en bouteille ça sentait super bon …

Et pour une fois je n’ai pas pu m’empêcher de goûter pendant le transfert de cuve. On sent bien le houblon, c’est presque un plaisir. Ce n’est pas amer. Et ça annonce du bon pour dans quelques semaines !

Cet article Recette : Pimp my Hallertau Blanc est apparu en premier sur Homebrewers.be.

30 days ago

Homebrewers.be - May 16

Faut-il faire des études pour brasser sa bière ?

Une question simple que beaucoup de monde me pose lorsque j’anime un brassin public : Faut-il avoir fait des études de brasseur pour brasser sa bière à la maison ? Ma réflexion est : faut-il […]

Cet article Faut-il faire des études pour brasser sa bière ? est apparu en premier sur Homebrewers.be.

1 months ago

Une question simple que beaucoup de monde me pose lorsque j’anime un brassin public : Faut-il avoir fait des études de brasseur pour brasser sa bière à la maison ?

Ma réflexion est : faut-il faire des études pour se faire à manger le soir ? Faut-il faire des études pour faire un cake ? Faut-il faire des études pour se servir un sirop grenadine ? Faut-il faire des études pour avoir un potager ? Non !

Évidemment que non, il n’est pas nécessaire de faire des études pour brasser sa bière. Mais il est possible d’approfondir ses connaissances via des études, des formations, l’auto-apprentissage etc. Bien sur que pour gérer une brasserie industrielle, avoir le degré d’études recherché par les entreprises du secteur est toujours mieux et souhaitable. Même si le processus de brassage est sensiblement le même, la machinerie mise en place est plus complexe. Pour votre information, j’ai fait des études en Informatique et en Communication digitale. Je suis donc bien loin du métier de brasseur ou de l’horeca.

Le brassage amateur est avant tout une question de passion. Il est assez facile et rapide d’avoir les bases nécessaires pour brasser. J’aime expliquer aux gens que brasser c’est comme cuisiner. De manière imagée, on peut facilement associer le moût à une grosse soupe. La difficulté venant plus du respect des paliers de température que du choix des ingrédients. Il est facile de faire une bonne bière en respectant quelques bases. Si l’envie vous vient  de suivre un cursus, voici une liste non exhaustive de ce qui est disponible en Belgique francophone.

Quelles sont les études / formations disponibles en Belgique ?

Je ne listerai pas les innombrables entreprises et associations effectuant des initiations. Pour vous donner une idée, il m’arrive aussi de faire de telles activités. Je me suis limité aux formations « diplômantes » et de type enseignement supérieur (universitaire et non universitaire).

Formations
  • IFAPME – Micro Brasseur – Chef d’entreprise (2 ans)
  • EFP – Micro Brasseur – Chef d’entreprise (2 ans)
  • Institut Meurice  – Formation en micro-brasserie (2 jours)
Enseignement supérieur
  • Institut Meurice – Ingénieur-Brasseur (5 ans)
  • UCL – Master complémentaire en génie brassicole (1 ans)

Au niveau universitaire et non universitaire, il est tout à fait possible d’obtenir les compétence en suivant des cours d’agro-alimentaire, de chimie, etc. qui proposent bien souvent une spécialisation au métier de brasseur.

Allez plus loin sans devoir passer par la case formation ?

C’est tout à fait possible, et nécessaire. Voici une liste de livre, dont certains sont critiqués sur le site :

  • Technologie Brassicole de Nicolas Imbreckx
  • For the Love of Hops: The Practical Guide to Aroma, Bitterness and the Culture of Hops de Stan Hieronymus
  • Malt: A Practical Guide from Field to Brewhouse de John Mallett
  • Yeast: The Practical Guide to Beer Fermentation de Chris White et Jamil Zainasheff
  • Water: A Comprehensive Guide for Brewers de John Palmer

La littérature francophone se limite bien souvent aux livres d’initiation sans rentrer dans les détails. N’en lisez qu’un ! Les notions abordées sont sensiblement les mêmes et ne vous apporterons pas de connaissances supplémentaires (ou très peu). Leur intérêt réside dans les nombreuses recettes qu’ils proposent.

Cet article Faut-il faire des études pour brasser sa bière ? est apparu en premier sur Homebrewers.be.

1 months ago

Homebrewers.be - May 09

Carte du brassage amateur

C’est un projet un peu fou que je lance, une carte du brassage amateur francophone. Pour le moment cette carte est sommaire et ne compte que les associations et établissements actifs dans le brassage amateur. […]

Cet article Carte du brassage amateur est apparu en premier sur Homebrewers.be.

1 months ago

C’est un projet un peu fou que je lance, une carte du brassage amateur francophone. Pour le moment cette carte est sommaire et ne compte que les associations et établissements actifs dans le brassage amateur.

A qui s’adresse cette carte ? A toute personne désirant prendre connaissance de l’activité qui l’entour.

Pourquoi lancer une telle carte ? Car j’aime le local. A mes yeux la révolution brassicole qui est en marche passe par cette notion essentielle que de prendre connaissance du savoir-faire de son voisin.

Mais il n’y a que Bruxelles pour le moment ? Oui, et pour faire simple c’est tout à fait normal car je suis Bruxellois. Mais cette carte à vocation de grandir et de s’étoffer. Il vous suffit d’envoyer un email, de répondre en commentaire ici-même ou de me contacter via les réseaux sociaux. Il est prévu d’annoncer une grosse mise à jour par mois.

Qu’est-ce qui apparaît dans cette carte ? Les associations (de fait et sans but lucratif), les magasins vendant du matériel de brasseur amateur (ou organisant des commandes groupées), les bars proposant des rencontres sur le thème du brassage amateur, etc.

Où consulter la carte ? En suivant le lien vers la carte du brassage amateur. Et exceptionnellement, je duplique la carte ci-dessous :

Voir en plein écran

Cet article Carte du brassage amateur est apparu en premier sur Homebrewers.be.

1 months ago

Brasserie du Vallon - May 02

Expériences d’hydromels : à la recherche de la meilleure levure ! – Fermentation et Dégustation

----- Nouvel article ! -----

Comme promis dans le précédent article, je ne perds pas de temps et je pose tout de suite les base pour la suite de mes expériences d’hydromels artisanaux !    J’écrirais cet article au fur et à mesure que les fermentations avanceront 🙂  Let’s go !   La recette de ces hydromels : quoi, pourquoi, comment […]

Découvrir 2 months ago

----- Nouvel article ! -----

Comme promis dans le précédent article, je ne perds pas de temps et je pose tout de suite les base pour la suite de mes expériences d’hydromels artisanaux !    J’écrirais cet article au fur et à mesure que les fermentations avanceront 🙂  Let’s go !   La recette de ces hydromels : quoi, pourquoi, comment […]

Découvrir la suite : Expériences d’hydromels : à la recherche de la meilleure levure ! – Fermentation et Dégustation
(Publié par Quentin - Le Brasseur du Vallon sur le blog Brasserie du Vallon )

2 months ago

Homebrewers.be - May 02

Recette : Sunset des Tropiques

L’été arrive à grand pas, et il est toujours intéressant d’avoir une petite bière maison pour les beaux jours. Sunset des Tropiques c’est l’envie d’utiliser deux houblons allemands dans une bière américaine revisitée : la […]

Cet article Recette : Sunset des Tropiques est apparu en premier sur Homebrewers.be.

2 months ago

L’été arrive à grand pas, et il est toujours intéressant d’avoir une petite bière maison pour les beaux jours. Sunset des Tropiques c’est l’envie d’utiliser deux houblons allemands dans une bière américaine revisitée : la Cream Ale.

La démarche

Le but de cette bière est d’avoir une drinkability intéressante. Pouvoir en boire plus d’une pendant les chaudes nuits d’été. Mais en ayant de la rondeur pour le palet de mes invités qui n’est pas toujours  celui d’un fan de DIPA … N’ayant pas trouvé dans mon magasin bio des flocons de maïs sans trop d’ajout (sel, etc.) je me suis rabattu vers les flocons de riz. Au final c’est la même chose, le but étant d’apporter de l’amidon pour augmenter les sucres fermentescibles.

Concernant le choix des houblons, j’étais intéressé d’utiliser deux houblons allemands modernes. L’Hallertau Blanc, car je dispose de 600g dans le congélateur, et l’Adriana car je l’avais acheté par hasard (son profil aromatique me tentait bien). Sur papier les deux devraient s’accorder. On est sur du floral/fruité pour le premier, et sur du fruité/pèche pour le second.

La recette

iFrameResize({}, "#iframe_recipe_976")

Le reportage

Comme d’habitude, le concassage se passe bien. Les céréales concassées me tentent bien et le Corona n’a plus trop de secret pour moi. La mouture est correcte et devrait remplir mes espérances des 72% de rendement.

On commence bien, je fais de mon labbekak … En regardant la température de l’eau avec mon thermomètre je remarque qu’il y a une différence avec le PID. Une différence de presque 5°C … Je fais l’erreur d’empâter à 60°C, température que j’ajuste comme un gros dégueulasse à coup d’eau de bouilloire.

Pas de colmatage à la filtration, le filtre en dome est pour moi la meilleure solution (pour avoir testé la cuve filtrante ou encore le manifold). Avec près de 20% de céréales crues il tient toutes ses promesses. La filtration s’effectue rapidement, et le moût obtenue est relativement limpide. A savoir que sur cette recette j’espère avoir une bière pas trop limpide, j’ai réellement envie d’avoir cet aspect « hazy ». Comme d’habitude, rinçage à l’eau « froide ». Et j’obtiens un moût correct.

Niveau ébu, la pico assure. Les 2500 watts font leur job et permettent d’arriver relativement vite à une belle ébullition. Afin de limiter le débordement, je n’hésite pas d’écumer le moût. Ça sera déjà ça en moins qui sera dans le fermenteur.

Dans cette recette je mets en avant le houblon Adriana qui sur papier tient de belles promesses. Houblon à double usage il sera utilisé aussi bien en amèrisant que en aromatique.

Chose étonnante, je n’ai utilisé que 40 lites d’eau pour refroidir mes 20l de moût juste de quoi bien nettoyer la pico avec l’eau chaude. Le débit était relativement bas mais le transfert était optimum à première vue. Comme vous le remarquez la terrasse n’a pas encore été rénovée.

Au niveau de la densité initiale, j’obtiens un beau 1045 au lieu d’un 1039.

Niveau ensemencement, celui-ci a été effectué à 25°C. Le glouglou était au rendez-vous 4 heures après.

Rendez-vous mi juin pour déguster celle-ci !

 

Cet article Recette : Sunset des Tropiques est apparu en premier sur Homebrewers.be.

2 months ago

Little Bock - May 01

Le Cold Steeping, infusion à froid des grains noirs

Brasser une bière avec des grains noirs permet d’obtenir des saveurs et des arômes issus de la torréfactionrappelant le café, le cacao, le chocolat noir, mais parfois ces grains peuvent donner un caractère assez dur au produit final. De l’astringence, de l’amertume ou encore une forte sensation de grillée peuvent se retrouver dans la bière. […] 2 months ago
Brasser une bière avec des grains noirs permet d’obtenir des saveurs et des arômes issus de la torréfactionrappelant le café, le cacao, le chocolat noir, mais parfois ces grains peuvent donner un caractère assez dur au produit final. De l’astringence, de l’amertume ou encore une forte sensation de grillée peuvent se retrouver dans la bière. […] 2 months ago

LABROWAR - Jun 19

D'Gust! Garage Beer Co SOUP IPA

♦Carte d'identité de la bière :Nom : SOUP IPA
Style : New England IPA (NEIPA)
Brasserie : Garage Beer Co
Origines : Barcelone, Espagne
Alcool : 6 %
Amertume : 35 IBU
Note ratebeer : 97
malts : 
houblons : Mosaïc, Citra
Dégustation de la bièreCouleur : orange pale

Limpidité : trouble avec particules en suspension

Pétillance : faible

Mousse : prése 2 days ago
♦Carte d'identité de la bière :Nom : SOUP IPA
Style : New England IPA (NEIPA)
Brasserie : Garage Beer Co
Origines : Barcelone, Espagne
Alcool : 6 %
Amertume : 35 IBU
Note ratebeer : 97
malts : 
houblons : Mosaïc, Citra
Dégustation de la bièreCouleur : orange pale

Limpidité : trouble avec particules en suspension

Pétillance : faible

Mousse : présence d'un col de mousse assez aérien au service qui n'est pas vraiment persistant
Nez  : dès l'ouverture de la canette, on sent des effluves tropicales et d'agrumes, ce qui laisse présager une soupe de fruits... 
Le nez est très marqué par les fruits tropicaux, papaye mangue et un peu d'ananas sont de la partie avec bien sur une note houblonnée très présente
Bouche : Texture lisse, douce voire presque soyeuse.
Une belle saveur de fruits tropicaux en attaque, mangue et mandarine dominent suivi des notes de houblon, d'épices et un peu herbeuses qui soutiennent une finale sèche avec une amertume modérée.

Longueur : La saveur houblonnée et l'amertume restent présente mais le fruit est plutôt furtif sur la finaleConclusionUne belle réussite pour cette jeune brasserie artisanale espagnole Garage Beer Co qui a déjà pour habitude de nous gâter avec beaucoup de saveurs et des recettes plutôt osées.
Même si cette bière n'est pas parfaite elle mérite clairement qu'on s'y attarde et je suis curieux de goûter aux prochaines créations de Garage Beer CoNote Labrowar90/100 2 days ago

LABROWAR - Jun 14

D'Gust! LERVIG Christmas Shake

♦Carte d'identité de la bière :Nom : Christmas Shake
Style : IPA
Brasserie : LERVIG
Origines : Norvège
Alcool : 5,9
Amertume : 45 IBU
Note ratebeer : 83
malts : Golden promise, Avoine
houblons : Simcoe, Citra, Yellow Sub
Aromes : Fruit de la passion, Mangue
Dégustation de la bièreCouleur : une belle couleur orange dorée tirant vers l'ambre

Limpidité : trouble ma 7 days ago
♦Carte d'identité de la bière :Nom : Christmas Shake
Style : IPA
Brasserie : LERVIG
Origines : Norvège
Alcool : 5,9
Amertume : 45 IBU
Note ratebeer : 83
malts : Golden promise, Avoine
houblons : Simcoe, Citra, Yellow Sub
Aromes : Fruit de la passion, Mangue
Dégustation de la bièreCouleur : une belle couleur orange dorée tirant vers l'ambre

Limpidité : trouble mais sans particules

Pétillance : légère 

Mousse : col blanc très aérien et discret
Nez  : alors la ils y sont allés fort, le mélange explosif des fruits tropicaux alliés à la douceur de la vanille, le nez est très flatteur mais peu paraître très chargé.
On s'attend alors a beaucoup de sucre en bouche...
Bouche : une texture douce crémeuse, soyeuse...un alcool très discret.on s'attendait vraiment a plus de sucre ce qui est une bonne chose. la balance sucre arôme est très bonne et permet de profiter de ce mélange de saveurs sans "écœurement".
l'impression en bouche à l'aveugle fait vraiment penser à une IPA très dry hoppée très tropicale à laquelle on aurait ajouté une boule de glace vanille, c'est assez impressionnant.
la douceur amenée par le lactose est très subtile et très appréciable.

Longueur : l'expérience dure très... très longtemps...ConclusionLERVIG est connu pour ces expériences brassicoles toujours avec plus d’arôme et de démesure. Encore une fois cette brasserie prouve son savoir faire et ose commercialiser des bières qui sortent de l'ordinaire.
LERVIG surfe sur la tendance nord américaine des NEIPA et autres Milkshake IPA avec subtilité.
Cette bière ne sera jamais une "incontournable" mais reste sans aucun doute une expérience gustative unique très agréable que je conseille à tout amateur!

Cette bière est disponible ICINote Labrowar82/100 7 days ago

Blog du Gamb - Jun 10

La pico 2 - épisode 6 : Upgrade de la cuve ébullition

Rapidement, je me suis rendu compte que la cuve de 68L est trop petite pour l'ébullition. Je me dis que je peux recycler cette cuve pour le rinçage (et virer la 45L vraiment trop petite) et upgrader l'ébullition avec une cuve de 94L et un nouveau bruleur ! (article initalement prévu sur 2017)
 

Petit article qui sera suivit d'autres, concernant les upgrades de la pico version 2 qui 12 days ago

Rapidement, je me suis rendu compte que la cuve de 68L est trop petite pour l'ébullition. Je me dis que je peux recycler cette cuve pour le rinçage (et virer la 45L vraiment trop petite) et upgrader l'ébullition avec une cuve de 94L et un nouveau bruleur ! (article initalement prévu sur 2017)
 

Petit article qui sera suivit d'autres, concernant les upgrades de la pico version 2 qui sont survenus durant 2017. L'ancienne ébullition était constituée d'une cuve 68L et d'un bruleur 9kW fourni avec son chassis tout pourri (légérement customisé).


Aujourd'hui, on s'intéresse à ma nouvelle brique d'ébullition. L'objectif est de monter le volume des brassins de 50L à 75L, voir un peu plus si un jour change les fermenteurs. Hop, un kit pour construire son ébu soit même:D


Nouvelle cuve, même accessoires


Je récupère la vanne, le siphon, le thermomètre ainsi que la canne de whirlpool sur l'ancienne cuve. Pas de changement sur ces éléments car tout marche très bien. J'ai prit la 94L de chez Amihopfen, même série que mes 68L dont je suis très content.
www.amihopfen.com/Brewing-Hardware/Brewpot-Stainless-Steel/Pot-Series-Amihopfen/Brewpot-94-Liter-with-top::1017.html

On commence par refaire les trous avant de passer l'emporte pièce. Le casier NRW, fidèle compagnon, est bien utile pour caler la cuve :-)


Petite "amélioration" pour moi, le couvercle s'ouvrant à moitié. Je trouve cela pratique car on peut découvrir la cuve sans se demander où poser le couvercle. Je commence par faire un Té avec du plat acier de 30mm. Le plus long est d'ajuster les charnières avec les plats et les deux morceaux de couvercle. Le couvercle est retourné car sinon la rotation de la partie mobile ne se fera pas.


Il faut rogner un peu du couvercle pour le passage des tiges filetées. Je détaillerai la modification des couvercles dans un article dédié, les trois cuves ont été modifiées ainsi.


Nouveau chassis bruleur


Le gros de la construction concerne le chassis bruleur. Il est fabriqué avec de la cornière acier de 40mm pour le plus gros et de la cornière de 20mm pour la fixation du bruleur. Concernant le bruleur, j'ai prit un bruleur à paela annoncé à 12kW qui a la particularité d'être compact. Diamètre 25cm pour une cuve de 50cm, les flammes ne vont pas chauffer les cotés de la cuve :-) On le trouve ici :
www.plat-a-paella.fr/rechaud-gaz/708-bruleur-robuste-surpuissant-propane-250mm-avec-thermocouple-12kw.html

Pour le détendeur, j'ai prit un modèle 50mBar, qui va bien avec le bruleur de 12kW. A l'usage, la montée est un peu longue mais l'ébullition est suffisement énergique. On le trouve ici :
www.plat-a-paella.fr/detendeur-gaz/779-detendeur-propane-50mbar-83kw.html

Je commence par créer le cadre qui supportera la cuve. Il faut pointer avant de souder définitevement car avec la chaleur, l'assemblage bouge beaucoup.


Moment tendu de l'assemblage : La mise en place des pieds. Il faut réussir à faire un truc stable et carré :D En gros, on pointe, on ajuste en tapant dessus puis on fait les cordons.


Niveau assemblage, je pointe le pied à l'intérieur du cadre puis je fais un cordon sur les deux faces extérieurs. Bon, il y a pas à s'inquiéter de la solidité dans tous les cas :D


Il reste à souder le bruleur au chassis. Attention, je l'avais soudé trop bas, environ 80mm du fond de cuve. Les bruleurs paela font de petites flammes, il faut qu'elles soient très proches de la cuve. Après test en condition réel, le bruleur est remonté à 40mm du fond de la cuve.


Petit détail, les calles de centrage de la cuve ne me plaisaient pas (voir photo précédente). Je les ai changé quand j'ai fait le chassis pour la cuve trempe, c'est plus propre comme ça.


Et pour finir, signature de la brasserie, la petite couche de Rustol CIP qui va bien :D Au premier plan, il s'agit du chassis de la cuve trempe.


Brique complète


Voilà l'ébullition dans son ensemble, elle est simpliste mais cette brique n'a pas grand chose à faire :-) Avec l'abandon de la réserve d'eau chaude en hauteur et le rinçage par gravité, je me suis équipé d'une seconde pompe, la Novax. Cette pompe me sert pour le whirlpool et le refroidissement. Le mout est propre en sortie de refroidisseur, même si le cone de débris au centre de la cuve n'est pas super compact. Après le pti coup de Rustol sur le chassis, on ajoute les flancs en galva pour protéger la flamme du vent (sur la photo il manque deux cotés).


Après un an d'usage, je ne vois pas ce qu'il y aurait à améliorer. L'ensemble cuve ébu, Novax et refrodisseur à contre courant fonctionnent très bien ensemble. Le seul point qui changera peut être; est la partie whirlpool : En effet, j'utilise l'entrée whirlpool pour le refroidissement intermédiaire avant le dernier houblonnage (hop stand). Mais injecter le mout refroidit de façon tangantiel et soutirer en périphérie de cuve, créé une zone plus chaude à l'intérieur de quelques degrés, je dirais 10°C. Il faudrait une modif pour homogéniser la température dans la cuve à ce moment là.


Références


La police d'écriture utilisée sur les photos : www.dafont.com/fr/dymaxion-script.font

12 days ago

Arkalive - Jun 03

#59 Black Ibex VI : Stout Avoine

Bière brassée le 28 janvier.

L'idée était de sortir une bière pas trop forte avec une bonne amertume et un côté grillé bien marqué. L'ajout d'avoine devrait permettre de donner une texture bien soyeuse pour tenter d'équilibrer le tout.

Rien d'excentrique, du malt pale en base (62%), 18% d'avoine en flocons, 9% de Crystal à 150EBC, 6.6% de malt Chocolat et 4.4% d'orge grillée p 18 days ago

Bière brassée le 28 janvier.

L'idée était de sortir une bière pas trop forte avec une bonne amertume et un côté grillé bien marqué. L'ajout d'avoine devrait permettre de donner une texture bien soyeuse pour tenter d'équilibrer le tout.

Rien d'excentrique, du malt pale en base (62%), 18% d'avoine en flocons, 9% de Crystal à 150EBC, 6.6% de malt Chocolat et 4.4% d'orge grillée pour les grains noirs. Je visais une densité initiale autour de 1052 et une amertume de 36IBUs, pas de houblon aromatique. L'empâtage sera fait dans les 68-69°C histoire d'avoir suffisamment de sucres résiduels. Pour la levure c'est une de mes préférée qui s'y colle, la Scottish.

Avec 18% de flocons d'avoine la filtration se sera bien déroulée, lentement mais sûrement et pas de colmatage.

Au nez prédominent des arômes de cacao, de caramel et de grain grillé. En bouche c'est soyeux, bien cacaoté avec une fin sèche et amère. Le tout est porté par une légère pétillance (sucrage à 5.5g/l pour la carbonatation en bouteille), la bière est très agréable à boire.

18 days ago

Homebrewers.be - May 30

Le barboteur est-il obligatoire ?

La réponse est non, non et encore non ! Le barboteur n’est pas une obligation et peut être remplacé par un blow-off. On reviendra sur celui-ci dans un prochain article. Certaines personnes ne font même […]

Cet article Le barboteur est-il obligatoire ? est apparu en premier sur Homebrewers.be.

23 days ago

La réponse est non, non et encore non ! Le barboteur n’est pas une obligation et peut être remplacé par un blow-off. On reviendra sur celui-ci dans un prochain article. Certaines personnes ne font même que refermer légèrement le couvercle du fermenteur, celui-ci agissant comme une soupape en libérant le CO2. Pour votre information, les personnes qui font de la fermentation d’aliments n’utilisent pas (toujours) de barboteurs. Leur récipient en verre fermé par l’utilisation d’un mécanisme disposant uniquement d’un joint en caoutchouc. Avec la pression créée lors de la fermentation par les bactéries, le couvercle laisse échapper le surplus de gaz sans laisser passer la moindre bactérie car il y a une surpression dans le bocal.

Est-il suffisant pour limiter les infections ?

Non ! Et bien souvent une bonne hygiène est nécessaire. Pour éviter un maximum celle-ci, il est utile de nettoyer et de désinfecter correctement son fermenteur. Les techniques de nettoyage et de désinfection méritent elles aussi plusieurs articles dédiés.

Mais pourquoi mettons-nous un barboteur ?

Simplement pour isoler le moût des différents indésirables. Que ce soit des bactéries ou des insectes. Plus haut je parle que le barboteur n’évite pas l’infection, et je continue à affirmer ces paroles. Le barboteur (ou le blow-off) empêche de nouveaux organismes d’arriver sur le moût. Car oui le barboteur (ou le blow-off) limite les contacts avec la faune locale. Il permet aussi d’être un des indicateurs d’une bonne fermentation (le célèbre glouglou).

En isolant, on limite l’apport de bactéries dans le moût et on fait en sorte que le milieu soit propice aux levures en favorisant le milieu. Le but est de faire du moût le terrain de jeu de vos levures et qu’elles prennent le dessus.

Blow-off ?

Pour faire simple, on remplace son barboteur par un tuyau. Ce tuyau relie le fermenteur à un bocal rempli d’une solution liquide. Lorsque les levures travaillent, le gaz produit est évacué par le tuyau et fini dans l’eau du blow-off. Le principe est similaire au barboteur, prend légèrement plus de place, mais a l’avantage que lorsque le fermenteur déborde suite à l’activité dans celui-ci, c’est le bocal relié qui récupère le moût perdu.

Cet article Le barboteur est-il obligatoire ? est apparu en premier sur Homebrewers.be.

23 days ago

Blog du Gamb - May 24

B40 - La Commune v1.3

Après le brassin de reprise, B36, je refais La Commune car je dois encore améliorer le contrôle de ma fermentation suite au changement de volume. Et nouveau format pour les brew reports, ils seront plus compacts.

 

Résumé
Brassé le : 10/05/2018
Embouteillé le : -
Volume : Brassin 72 L
Densités : Initale 11.2°P / Finale 2.2°P
Alcool : 4.8% en keg / 5.15% en bouteil 29 days ago

Après le brassin de reprise, B36, je refais La Commune car je dois encore améliorer le contrôle de ma fermentation suite au changement de volume. Et nouveau format pour les brew reports, ils seront plus compacts.

 

Résumé
Brassé le : 10/05/2018
Embouteillé le : -
Volume : Brassin 72 L
Densités : Initale 11.2°P / Finale 2.2°P
Alcool : 4.8% en keg / 5.15% en bouteille
Amertume : 22.0 IBU
Couleur : 10 EBC

Recette
75% Weyermann Vienna 7.5EBC : 8.4kg
25% Weyermann Floor Malted Bohemian Pilsner 4EBC : 2.8kg
FWH 1g/L Hallertauer Mittelfrüh 4.6%AA : 72g / 12.9IBU
Whirlpool 0.25g/L Hallertauer Mittelfrüh 4.6%AA : 18g / 0IBU
Whirlpool 0.25g/L Hallertauer Hersbrucker 3.7%AA : 18g / 0IBU
Amérisant Hallertauer Mittelfrüh 4.6%AA : 52g / 9.1IBU
0.46M/mL/°P Wyeast 2565 Kölsch : smackpack / 3.5L starter
Double décoction 50°C / 65°C / 78°C : trempe épaisse 15 minutes / trempe claire 5 minutes
Ebullition 70 minutes / évaporation 7% / rendement 75%
Fermentation 7j 14°C / 3j 16°C / 15j 5°C

Dégustation
Mise en bouteille : 03/06/2018, ressucrage 5g/L, 51 bouteilles 50cl
Mise en fut : x/05/2018, 1°P avant DF, 2 kegs de 19L

Fermentation
Ensemencement : 11/05/2018 à 12h30, consigne à 13°C / Starter décanté, la moitié du liquide viré
Mesure : 10/05/2018 à 19h, SG 1.044, densité initiale
Mesure : 15/05/2018 à 21h, SG 1.019, atténuation apparente 56.8%
Mesure : 22/05/2018 à 18h, SG 1.010, atténuation apparente 77.3%
Mesure : 25/05/2018 à 18h, SG 1.009, atténuation apparente 79.6%
Consigne : 26/05/2018 à 20h, frigo de 15°C à 5°C

Brassage
12h35 : eau empatage 57°C en cuve ébu, 54°C en cuve matière
(11.2kg@15°Cx4.0->52°C = 45L@56°C, total 52L)
12h45 : T1 15L (trempe trop petite !!!)
12h58 : pause T1 70°C, matière 52°C
13h20 : ébu T1, matière 51.5°C
13h35 : stop T1
13h40 : 60°C, vanne 1" marche pas
14h00 : 66°C après T1 bis de 10L
14h10 : pH 5.5
14h35 : test iode ok, 65°C cuve matière
14h40 : T2 19L
15h00 : T2 ébu
15h05 : 75°C cuve matière
15h20 : recirculation
15h30 : FWH 72g mittel
15h40 : 40L 65°C
15h54 : 81L ~1020@70°C
16h40 : ébu + 52g mittel
17h40 : circuit fermé à chaud
17h50 : circuit fermé + refroidissement
17h55 : hopstand 67°C + touillage
18h15 : whirlpool 10 minutes
18h25 : go fermenteur 65 -> 21°C
18h40 : 1044@20°C

Photos
B36 manquait de saveur maltée par rapport à ce qui est attendu, je suspecte une ébullition de la première trempe trop faible et du malt trop vieux (fin premier lot Weyermann). Ici, ébullition bien violente et sacs de malt tous neufs.

Le pH est toujours un peu haut, il me faudrait un jour ajuster cela.

Test à la teinture d'iode rapidement OK après la trempe de secours. L'isolation de la cuve et la fraicheur du malt aident bien.

Comme sur la première trempe, on met le bruleur à fond sur la cuve trempe.

Premier test de la vanne 1" pour vidanger la cuve trempe. Malheureusement, sur la trempe épaisse, je n'arrive pas à vidanger la cuve :-(

Le rendement s'annonce dans les clous. La modif du manifold semble porter ses fruits.

Le mout n'est pas très limpide. Le palier protéinique était un peu haut, c'est peut être la raison.

Le mout pré-ébu est conforme à ce que j'attend sur cette recette, il reste l'évaporation à bien gérer.

On est un point trop bas en densité intiale, l'évaporation a été trop faible et le rendement aurait pu être un poil meilleur.

Le starter est bien épais, le barreau triangulaire de 80mm est bien plus efficace que mon ancien de 40mm. Le starter a décanté pendant la nuit afin de supprimer une partie du mout. Il restait environ 1.5 à 2L à l'ensemencement.


Références
La recette en format Brew Recipe Developer : B40_LaCommune_v13.bre
La police d'écriture utilisée sur les photos : www.dafont.com/fr/dymaxion-script.font

29 days ago

Homebrewers.be - May 18

[Update 1] Carte du brassage amateur

La carte du brassage amateur a été mise à jour. Je tiens à remercier Cli4th qui a agrémenté toute la partie française. Ça peut paraître bizarre mais 50% des visiteurs viennent de l’hexagone, autant répondre […]

Cet article [Update 1] Carte du brassage amateur est apparu en premier sur Homebrewers.be.

1 months ago

La carte du brassage amateur a été mise à jour. Je tiens à remercier Cli4th qui a agrémenté toute la partie française. Ça peut paraître bizarre mais 50% des visiteurs viennent de l’hexagone, autant répondre à leurs besoins aussi.

Ajouts :

La Cave à Bulles, Les Brasseurs venus de l’Ouen, Les Houblonniers Parisiens, Les Amis de la Bière, ABAHF, Les voltigeurs du malt, Terre de Boissons, Les Tontons Brasseurs, LeBonPlan.fr, Tout pour Brasser, Brasserie Cheval, La Capsule, Brasserie Lobsann, Brassage & Partage, Bière Boutique, BRÂM – Brasserie Rurale Artisanale Militante, La Bonne Fabrique, Just Beer, La palme d’Orge, Les Forces du Malt, La BAF.

Améliorations futures :
  • Nouveaux magasins
  • Zones de houblons sauvages
Vous désirez participer ?

Cette carte est ouverte, pour nous aider il vous suffit de nous envoyer un email à hello@homebrewers.be avec vos ajouts/modifications.

Cet article [Update 1] Carte du brassage amateur est apparu en premier sur Homebrewers.be.

1 months ago

Youpibrassin - May 14

Brassin – Oliv 6 – Elderbeer

Elderbeer Blonde Ale Type: All Grain Date: 13 Apr 2018 Volume à fermenter: 15.00 l Brasseur: Oriane & Esther & Oliv Ingrédients Ingredients Amt Name Type # %/IBU 4.00 kg Pale Malt (2 Row) Bel (5.9 EBC) Grain 1 100.0 % 15.00 g Cascade [5.50 %] – Boil 20.0 min Hop 2 9.0 IBUs 65.00 g …

Lire la suite de Brassin – Oliv 6 – Elderbeer

1 months ago
Elderbeer

Blonde Ale ♦ Type: All Grain Date: 13 Apr 2018 Volume à fermenter: 15.00 l Brasseur: Oriane & Esther & Oliv

Ingrédients

Ingredients
Amt
Name
Type
#
%/IBU 4.00 kg Pale Malt (2 Row) Bel (5.9 EBC) Grain 1 100.0 % 15.00 g Cascade [5.50 %] – Boil 20.0 min Hop 2 9.0 IBUs 65.00 g Elderberry (Boil 10.0 mins) Herb 3 – 15.00 g Cascade [5.50 %] – Boil 10.0 min Hop 4 5.4 IBUs 15.00 g Cascade [5.50 %] – Boil 5.0 min Hop 5 3.0 IBUs 10.00 g Cascade [5.50 %] – Steep/Whirlpool 15.0 min Hop 6 2.5 IBUs 1.0 pkg SafAle English Ale (DCL/Fermentis #S-04) [23.66 ml] Yeast 7 –

Profil

Densité initiale prévue: 1.059 SG Densité initiale mesurée: 1.067 SG Densité finale prévue: 1.015 SG Densité finale mesurée: 0.000 SG Pourcentage d’alcool par volume estimé: 5.8 % Pourcentage d’alcool par volume mesuré: 0.0 % Amertume: 19.8 IBUs Couleur: 10.8 EBC

Profil d’empâtage

Type de profil: BIAB, Medium Body Poids total des grains: 4.00 kg Volume de rinçage: 0.00 l pH de la maische: 5.20 Température de rinçage: 75.6 C Température du seau de filtrage: 22.2 C Mash Steps
Name
Description
Step Temperature
Step Time Saccharification Add 23.07 l of water at 72.3 C 66.7 C 80 min Mash Out Heat to 75.6 C over 7 min 75.6 C 10 min

Hop, petit brassin de 15L en BIAB avec la frangine.

Comme son nom l’indique, bière au sureau, vu qu’il vient juste de fleurir, c’est parfait !

Recette sobre pour laisser la place au sureau, Pale pour le malt, un peu de Cascade en houblon, le coté agrume et floral a moyen de bien fonctionner avec le sureau et S-04 en levure, premièrement parce que j’en avait au frigo, mais surtout elle est neutre en gout et flocule bien, et je voulais un truc bien clean.

Les améliorations du process :

  • La bâche au sol dans la cuisine, thx Ainu pour l’idée, je sais pas pourquoi on a pas fait ça avant.
  • Grain moulu plus fin, et bah je sais pas si c’est ça, mais j’ai eu une biiiieeen meilleure efficacité, je devais moudre vraiment trop gros. Re thx Ainu ;).


Woops, on a ptet un peu trop rempli les fermenteurs :p

1 months ago

Blog du Gamb - May 03

B39 - Le Poil, itération 3

On essaye de tenir les objectifs en nombre de brassins, malgré le Hopstock qui arrive. Deux brassins, trois embouteillages en avril \o/ Il est temps de refaire le baltic porter fumé au blé nommé Le Poil !

 

Ca fait un bail que je dois refaire cette ébauche de recette qui plait beaucoup. La seconde itération était plus forte, ronde, sucrée mais moins fu 2 months ago

On essaye de tenir les objectifs en nombre de brassins, malgré le Hopstock qui arrive. Deux brassins, trois embouteillages en avril \o/ Il est temps de refaire le baltic porter fumé au blé nommé Le Poil !

 

Ca fait un bail que je dois refaire cette ébauche de recette qui plait beaucoup. La seconde itération était plus forte, ronde, sucrée mais moins fumée et avec moins de blé. La première itération me plaisait plus, on va essayer de taper entre les deux pour ce troisième essai.

Bon, j'ai eu une drole de surprise avec le mout, il a pas la teinte attendue :D Mon logiciel m'annoncait un EBC très important avec le maltage des itérations 1 et 2, j'ai donc baissé de beaucoup le blé torréfié. Grosse erreur à priori, on est sur un truc marron cuivré, un peu déçu. J'ai pas mal baissé la densité initiale pour tendre vers 6.5% d'alcool maximum. Le rauchmalt a été monté à 30%, peut être 5% de trop. Sur le brassin, les paliers se sont pas mal déroulés, je commence à bien prendre les pertes en compte. La filtration a trainée, 50% de blé ça couine un peu.


Recette


Nom : B39 - Le Poil v0.3
Teinte : 56.0 EBC
Amertume : 16.0 IBU
Densités : DI 15.2°P / DF 3.0°P
Alcool : 6.50%
Taille brassin : 68L

Grains
20% malt Vienna (Weyermann) : 2.90kg
30% malt orge fumé (Weyermann) : 4.40kg
47% malt blé blond (Weyermann) : 6.90kg
3% malt blé torréfié 900ebc (Brewferm) : 370g

Houblons
Amérisant : Hallertauer Mittelfrüh (Brouwland pelet 2016) 4% AA : 95g

Levure
Wyeast 2206 Bavarian Lager : 4L starter

Process
Double décoction 50°C 55min, 69°C 60min, 78°C 10min
Ebullition trempe 1 : 15 minutes
Ebullition trempe 2 : 5 minutes
Rendement empatage 77%
Ebullition 80min


Brassage


Brassé le 25/04/2018

Je pensais pas, au moment de prendre cette photo, à quel point j'allais fail la couleur du "porter" ...


Une bonne trempe bien épaisse, ça faisait un moment aussi que je n'avais pas fait du non full orge.


Mon calcul pour le premier palier semble de plus en plus fiable, l'empatage commence bien. A noter, le nouveau bruleur sous la cuve trempe est trop éloigné du fond, j'ai déjà 30 minutes de retard ...


Le calcul du deuxième palier avec la perte de température au retour de la maische est un peu meilleur aussi.


Je pensais tomber plus bas avec le blé torréfié mais vu la quantité de ce dernier :-/


Ca semble pas mal. Avec la cuve isolée, ça va bien mieux.


Le mout surnageant est pas vilain, par contre je m'inquiète un peu pour la filtration des 50% de blé.


Le premier jus confirme mes craintes du début du brassin, on est bien trop pale ! Eh merdeuh .... Bon, c'est pas vilain non plus et le rendement semble ok !


Pas de FWH aujourd'hui ! Le mout est vraiment beau mais rapidement le débit du filtre baisse .... Argh, ça va être long.


Une belle écume au démarrage de l'ébullition. L'extérieur de la cuve est encore bien propre à ce moment ;-)


Oops, un léger débordement :D Le rustol est pas trop le sucre en plus.


On finit presque à la DI visée et sur cette photo, on a l'impression que la bière est pas trop pale.


J'ai laissé quelques litres au fond, le fermenteur était déjà bien rempli.


Journal
12h20 : 14.7@14°C x 3.3 -> 52°C = 48.5L @ 56.4°C -> 58.1L
12h30 : 52°C 57L
12h45 : T1 24L / Matière à 51°C
13h05 : T1 70+°C
13h20 : reprise T1, matière 50°C
13h45 : ébu T1 pour 15 minutes
14h04 : 55L matière @ 70°C
14h40 : 67.5°C matière
14h45 : T2 20L
15h10 : ébu T2 pour 5 minutes
15h18 : matière 75°C, test iode OK
15h34 : recirculation, premier jus 1068 @ 65°C
16h50 : 78L 1030@80°C
17h30 : ébullition, 95g mittelfruh
18h00 : 75L
18h40 : CC en circuit fermé à chaud
18h50 : froid en circuit fermé
18h58 : vers fermenteur 24°C
19h15 : ok, 1060@20°C
19h55 : nettoyage ok


Fermentation


Levure : Wyeast 2206 Bavarian Lager
Atténuation pressentie : 80.0%
Levurage : 26/04/2018 à 10°C
Starter : 4L DME
Consigne : 14j à 10.0°C, 2j à 19.0°C, 15j à 2°C

Mesure : 25/04/2018, mout à 20°C, densité initiale 14.7°P (SG 1060)
Mesure : 01/05/2018, mout à 10°C, densité 10.2°P (SG 1041), atténuation apparente 31.7%
Mesure : 16/05/2018, densité 5.1°P (SG 1020), atténuation apparente 66.6%
Consigne : 18/05/2018, 10°C -> 18°C pour diacethyl rest et atténuation maximale
Mesure : 21/05/2018 à 20h, 18°C, SG 1018
COnsigne : 22/05/2018 à 12h, 18°C -> 5°C


Pas de frigo dispo pour le starter, il a skouaté la cuisine. La bavarian lager est très vigoureuse, smackpack gonflé à fond en 12h, krausen en 12h, ça rigole pas :D


La fermentation en elle même semble mis du temps à démarrer. J'ai repoussé le brassin de 48h, du coup le starter a patienté sans agitation, peut être que cela joue.


Mise en bouteilles


Le 03/06/2018, 116 bouteilles 50cl.
Sucrage : 4.8g/L


Références


La recette en format Brew Recipe Dev :
B39_LePoil_v03.bre

La police d'écriture utilisée sur les photos (pas de note de licence sur son site nicksfonts.com à l'heure actuelle) :
www.dafont.com/fr/dymaxion-script.font

2 months ago

Brasserie du Vallon - May 02

Fabrication d’hydromel : miel de fleur, forêt et miellat d’érable ! (Bon hydromel expérimental !!)

----- Nouvel article ! -----

Hey salut ! 😀  Et oui, me revoilà enfin !! Ah quel plaisir d’écrire à nouveau … ça m’avait manqué (après quoi, 6 mois d’absence ?? ) Alors après une si longue absence dans un silence insoutenable, je prends la peine de rapidement rédiger cet article entre deux projets pour partager mes intéressantes découvertes suite à […] 2 months ago

----- Nouvel article ! -----

Hey salut ! 😀  Et oui, me revoilà enfin !! Ah quel plaisir d’écrire à nouveau … ça m’avait manqué (après quoi, 6 mois d’absence ?? ) Alors après une si longue absence dans un silence insoutenable, je prends la peine de rapidement rédiger cet article entre deux projets pour partager mes intéressantes découvertes suite à […]

Découvrir la suite : Fabrication d’hydromel : miel de fleur, forêt et miellat d’érable ! (Bon hydromel expérimental !!)
(Publié par Quentin - Le Brasseur du Vallon sur le blog Brasserie du Vallon )

2 months ago

Homebrewers.be - Apr 25

Portes ouvertes Brouwland 2018

Comme chaque année Brouwland ouvre ses portes à la communauté. De nombreuses conférences et stands seront disponibles pendant tout le week-end. Les portes ouvertes auront lieues ce 19-20-21 mai. Comme d’habitude celles-ci auront lieu à […]

Cet article Portes ouvertes Brouwland 2018 est apparu en premier sur Homebrewers.be.

2 months ago

Comme chaque année Brouwland ouvre ses portes à la communauté. De nombreuses conférences et stands seront disponibles pendant tout le week-end. Les portes ouvertes auront lieues ce 19-20-21 mai. Comme d’habitude celles-ci auront lieu à leur siège (Beverlo).

Chose exceptionnelle, John Palmer sera l’invité de cette année. Pour remettre dans le contexte, John Palmer est l’auteur de « How to Brew », la référence pour se mettre au brassage au niveau des différents ouvrages disponibles. A l’heure actuelle aucune communication n’a été donné par Brouwland concernant le sujet des conférences données par John Palmer.

Petite chose qui a son importance, toutes les conférences sont en néerlandais à l’exception de celles de John Palmer qui seront en anglais.

Programme des conférences (concernant le brassage de bière) :

Samedi 19 mai 11:00 – 12:00 NL Prévenir et régler les faux-goût d’oeufs pourris par Siem Zwaard 13:00 – 14:00 NL Du brasseur amateur à une brasserie officielle par Gert Keunen – Brouwmeester Microbrouwerij Keun Dimanche 20 mai 11:00 – 12:00 NL Faits intéressants sur l’oxygène par Siem Zwaard 13:00 – 14:00 EN Plus d’information bientôt par John Palmer – Auteur de ‘How to brew’ 15:00 – 16:00 NL Les tendances dans le houblon par Denis De Keukeleire – De Hopprofessor Lundi 21 mai 11:00 – 12:00 EN Plus d’information bientôt par John Palmer – Auteur de ‘How to brew’ 13:00 – 17:00 EN Brew with John Palmer par John Palmer – Auteur de ‘How to brew’

Plus d’information sur le site de Brouwland : www.brouwland.com/fr/journees-portes-ouvertes

Et via l’évènement Facebook : www.facebook.com/events/158759531464657/

Cet article Portes ouvertes Brouwland 2018 est apparu en premier sur Homebrewers.be.

2 months ago