Youpibrassin - Aug 13

Brassin oliv 9 – Piwo grodziskie

Grätzer Piwo Grodziskie Type: All Grain Date: 11 Jul 2018 Volume à fermenter: 18.93 l Brasseur: Oliv Ingrédients Ingredients Amt Name Type # %/IBU 2.70 kg Smoked wheat malt (5.0 EBC) Grain 1 100.0 % 40.00 g Hallertauer Mittelfrueh [4.00 %] – Boil 60.0 min Hop 2 27.2 IBUs 1.0 pkg SafBrew Ale (DCL/Fermentis #S-33) …

Lire la suite de Brassin oliv 9 – Piwo grodziskie

a day ago
Grätzer

Piwo Grodziskie ♦ Type: All Grain Date: 11 Jul 2018 Volume à fermenter: 18.93 l Brasseur: Oliv

Ingrédients

Ingredients
Amt
Name
Type
#
%/IBU 2.70 kg Smoked wheat malt (5.0 EBC) Grain 1 100.0 % 40.00 g Hallertauer Mittelfrueh [4.00 %] – Boil 60.0 min Hop 2 27.2 IBUs 1.0 pkg SafBrew Ale (DCL/Fermentis #S-33) [23.66 ml] Yeast 3 –

Profil

Densité initiale prévue: 1.030 SG Densité initiale mesurée: 1.023 SG Amertume: 27.2 IBUs Couleur: 6.3 EBC

Premier essai d’un brassage sans orge, on part sur un truc polonais : une Piwo grotziskie, ou Gratzer (version germanisée). C’est une bière uniquement à base de blé malté fumé. Bon, sur le papier ça avait l’air fun, dans la pratique ça a été la cata.

Déjà niveau densité c’était le foirage complet, 1017 post mash et 1023 post ébu alors que je devais être à 1023 et 1030. Bon, déjà j’ai encore sur-estimée les pertes à l’ébu, mais pour le post mash j’ai grave merdé. J’ai empatté à 67-68 alors que le blé ça a l’air de se passer bien aux alentours de 64°. Du coup je sais pas trop ce que je vais avoir mais niveau ABV, ça devrait pas dépasser les 2° :D.

Ensuite, je refroidis et je balance dans le fermenteur puis j’ensemence. Pris d’un doute, je regarde la température de mon échantillon que j’ai mis de coté pour prendre la densité : 26° :s. Et bah on verra ce que va donner la S04 en dehors de sa comfort-zone :/. Cependant, le barboteur bubullait au taquet au petit matin suivant, bon.

Bon, sinon j’ai amélioré un peu mon process de rinçage, au lieu de mettre le sac de drêches sur une grille, je le mets dans un seau percé sur une grille. C’est plus confortable.

a day ago

Homebrewers.be - Aug 13

[Update 2] Carte du brassage amateur

La carte du brassage amateur vient d’être mise à jour. Tous les points de vente de Brouwland ont été ajoutés. Comme d’habitude, si une adresse manque, n’hésitez pas à me la faire parvenir. La prochaine […]

Cet article [Update 2] Carte du brassage amateur est apparu en premier sur Homebrewers.be.

2 days ago

La carte du brassage amateur vient d’être mise à jour. Tous les points de vente de Brouwland ont été ajoutés.

Comme d’habitude, si une adresse manque, n’hésitez pas à me la faire parvenir. La prochaine étape majeure devrait tenir compte des nombreuses associations actives pour notre hobby.

Cet article [Update 2] Carte du brassage amateur est apparu en premier sur Homebrewers.be.

2 days ago

Hopline - Jul 24

BJCP/2B. American Amber Lager

International Amber Lager, kézako ? C’est comme l’International Pale Lager mais en pas pareil. On prend la recette de l’IPL, on ajoute un coté un peu caramel et/ou pain toasté, et on y est. Un des exemples les plus connu de ce style est la Brooklyn Lager. La recette : 45% Pils 45% Vienna malt 10%... En savoir plus 22 days ago
International Amber Lager, kézako ?

C’est comme l’International Pale Lager mais en pas pareil. On prend la recette de l’IPL, on ajoute un coté un peu caramel et/ou pain toasté, et on y est. Un des exemples les plus connu de ce style est la Brooklyn Lager.

La recette :

45% Pils
45% Vienna malt
10% Crystal malt 60L

DI: 1.042 à 1.055
DF: 1.008 à 1.014
ABV: 4.6 à 6.0
IBU: 8 à 25
EBC: 14 à 28

20 IBU de saaz à 60 minutes
Levure sèche: Fermentis SafLager S-189 ou Mangrove M76 Bavarian lager
Levure liquide: WLP800 ou Wyeast2206 Bavarian Lager

Un empâtage de 60 minutes à 65°C, suivi d’une ébullition de 60 minutes.

Pour la fermentation, ensemencer à 18°C, puis descendre le fermenteur à 12°C pendant 8 à 12 jours. S’en suit l’étape du Diacétyl Rest durant 1 semaine à 18°C et pour terminer un lagering à 6°C pendant 1 mois.

Pour le conditionnement, viser 2.7 volumes de CO2.

22 days ago

LABROWAR - Jul 18

D'Gust! The Alchemist Crusher

Carte d'identité de la bière :♦Nom : The Alchemist CrusherStyle : Imperial (Double) IPA 14C
Brasserie : The alchemist
Origines : 100 Cotage Club Rd in Stowe, VERMONT
Note Ratebeer : 100/100
Où la trouver? : à la brasserie ou dans un des quelques points de vente dans un rayon de 50km autour de la brasserie...
Informations sur la recette :Alcool : 8,0%
Amertume :  110 27 days ago
Carte d'identité de la bière :♦Nom : The Alchemist CrusherStyle : Imperial (Double) IPA 14C
Brasserie : The alchemist
Origines : 100 Cotage Club Rd in Stowe, VERMONT
Note Ratebeer : 100/100
Où la trouver? : à la brasserie ou dans un des quelques points de vente dans un rayon de 50km autour de la brasserie...
Informations sur la recette :Alcool : 8,0%
Amertume :  110 IBU?
Malts : Pearl?
Houblons : pas d'information
Levure : Conan?
Conditions de service :Température de service : 7,5°c
Format : Canette 1pint
Verre : Tulip Snifter

Dégustation de la bière
Couleur : un bel orange ambré légèrement cuivré
Limpidité : bière limpide mais contenant des particules de houblon en suspension qui se devinent par transparence, une image vaut mieux que mille mots...


Pétillance : normale et suffisante

Mousse : La mousse est très crémeuse, épaisse et se tient bien, elle est d'un blanc immaculé.

Nez  : déjà au moment du service et même a une cinquantaine de centimètres de la canette, une forte effluve de houblon nous met l'eau à la bouche!Une fois la bière servie, on ne s'attarde donc pas sur la couleur, on se presse à s'approcher pour y mettre le nez... et la c'est l'explosion de houblon!le nez est à la fois fort en houblon et complexe en fruits et autres senteurs, on essaie alors de décortiquer le tout...Le coté résineux du houblon est très présent et subtilement mêlé aux agrumes avec de l'orange et du pamplemousse. La douceur des fruits tropicaux et de l'abricot arrondissent le tout.C'est un nez très copieux, il est très rare de sentir une bière aussi intense, c'est fruité et frais, c'est flatteur et appétissant...
Bouche : On trempe les lèvres pour la première gorgée qui finit irrémédiablement par un large sourire et suivi d'une seconde gorgée.... pour être sur..... :-)
La première attaque est corsée de part son degré d'alcool cette bière est déjà sur une base forte mais le fruit explose en bouche avec beaucoup d'orange qui domine je trouve.
le profil résineux se mêle maintenant à l'ananas et la mangue pour être porté par une belle amertume qui vient soutenir les agrumes...
c'est très réussi, cette bière aurait mérité un degré d'alcool de moins pour en apprécier plus le fruit et l'amertume mais je chipote un peu....

Longueur : J'ai été impressionné par la longueur interminable et stable des arômes avec cette longue finale amère et fruitée, la qualité des matières premières et principalement le profil de l'eau de cette brasserie qui est légendaire y est sans doute pour quelque chose.ConclusionJ'ai eu la chance de pouvoir mettre la main sur cette canette tout droit venue du Vermont et très fraîche brassée fin mai (bue début juillet).
C'est un tel plaisir de goûter à la perfection, on aimerai pouvoir partager cette expérience avec beaucoup de monde mais la rareté et la difficulté de s'en procurer en font un plaisir solitaire...
J'essaierai bien entendu de m'approcher de cette perfection en brassant une recette s'y approchant que je partagerai ici...
J'avais peur que cette brasserie soit un peu surcotée du fait de proposer la légendaire Heady Topper dans son catalogue mais je suis définitivement conquis et impressionné par ma première rencontre avec The Alchemist.....Note Labrowar98/100 (je dois bien laisser une petite marge, j'ai la Heady Topper dans mon frigo..... :-) ) 27 days ago

Blog du Gamb - Jul 18

B44 - Vienna Lager - Test SMASH

Aujourd'hui brassin de découverte (ou redécouverte) de plusieurs ingrédients. Je voulais redonner une chance au Splater Select et tester une nouvelle levure lager.


 

Résumé
Brassé le : 15/07/2018
Embouteillé le : -
Volume : Brassin 72 L
Densités : Initale 12.5°P / Finale 2.6°P
Alcool : 5.3% en keg / 5.7% en bouteille
28 days ago

Aujourd'hui brassin de découverte (ou redécouverte) de plusieurs ingrédients. Je voulais redonner une chance au Splater Select et tester une nouvelle levure lager.


 

Résumé
Brassé le : 15/07/2018
Embouteillé le : -
Volume : Brassin 72 L
Densités : Initale 12.5°P / Finale 2.6°P
Alcool : 5.3% en keg / 5.7% en bouteille
Amertume : 20 IBU
Couleur : 13 EBC

Recette
100% Vienna Malt Weyermann 7.5 EBC : 12,75 kg
FWH 1.25g/L Splater Select 2017 3.7%AA : 90g / 13 IBU
Whirlpool 0.5g/L Splater Select 2017 3.7%AA : 36g / 0 IBU
Amérisant Splater Select 2017 3.7%AA : 52g / 7 IBU
-M/mL/°P Wyeast 2308 Munich Lager : 1 smackpack / 4L starter
Simple décoction 66°C / 78°C : trempe épaisse 15 minutes
Ebullition 70 minutes / évaporation 7% / rendement 74%
Fermentation 15j 9°C / 2j 16°C / 15j 4°C

Chronogramme d'empatage :


Le but de ce brassin est de tester la levure Munich Lager et de juger de ça facilité d'usage. J'aime beaucoup la Bohemian Lager mais elle est trop chiante à utiliser. Pour le maltage, je n'avais jamais testé du 100% Vienna, c'est l'occasion :D Je n'avais pas utilisé le Splater Select depuis 2016, voir 2015, il faisait parti des trois houblons pressenties pour ma pilsner. J'ai fait un houblonnage un peu au dessus de la moyenne tout en gardant un IBU faible dans l'esprit du style Vienna Lager. Enfin, j'ai repris la simple décoction de la Weizen pour voir l'impact sur le mout et aussi pour me simplifier le brassin (c'est l'été quoi, tranquille :P).

Dégustation
-

Fermentation
Ensemencement : 16/07/2018 à 21h, frigo à 9°C / Starter décanté, 2L sur 4L conservés
Mesure : 15/07/2018 à 17h, SG 1.050, densité initiale
Mesure : 20/07/2018 à 14h, SG 1.044, atténuation apparente 12.0%
Mesure : 23/07/2018 à 21h, SG 1.040, atténuation apparente 20.0%
Mesure : 25/07/2018 à 20h, SG 1.036, atténuation apparente 28.0%
Mesure : 30/07/2018 à 22h, SG 1.031, pH 4.86, atténuation apparente 38.0%
Mesure : 03/08/2018 à 20h, SG 1.025, atténuation apparente 50.0%
Mesure : 08/08/2018 à 20h, SG 1.019, atténuation apparente 62.0%
Consigne : 08/08/2018 à 20h, frigo de 9°C à 12°C

Brassage
11h08 : 67°C 55L de maische
11h43 : test iode OK, 53L, trempe 24L 45%
11h56 : 64°C 24L trempe / matière 65°C
12h06 : 65L eau de rinçage à chauffer, trempe 79°C
12h18 : ébu trempe
12h33+5 : 51L 75°C, rinçage 62°C
13h08 : filtration, 20°B premier jus
13h11 : 90g FWH 69°C
13h17 : 30L
13h21 : 45L en cuve ébu -> 10°B jus
4.5°B 60L en cuve ébu
13h38 : préebu 11°B 81L 69°C
14h03 : 90°C
14h23 : 100°C
15h15 : 75L
15h23 : CC à chaud 74L ds la cuve
15h32 : CC à froid
15h39 : 67°C hopstand 36g
15h59 : 10min CC à froid pour whirlpool
16h10 : envoi fermenteur 27°C
16h26 : Fin, reste 1.6L ds la cuve ébu et 1.5 dans refroidisseur+pompe+tuyaux

J'ai refais un rinçage un peu plus soigné et le test d'iode était bien franc au bout de 35minutes. Le rendement était au rendez vous, un peu moins pire que les derniers brassins. J'ai finit super tôt, avant 17h, j'ai rarement brassé aussi vite. La simple décoction est très facile à réaliser, c'ets reposant :D Le mout a l'air plutôt limpide, à voir dans le verre. En tout cas, un brassin bien agéable, sans imprévu ! (juste la chaleur dans la brasserie, violent lol).

Propane ébu 21.0kg->18.50kg = 2.50
Propane trempe 15.65kg->15.3kg = 0.35
Total 2.85kg de propane

Photos
Après 35 minutes, le test à l'iode est OK. Je fais attention à brasser toutes les 5 à 10 minutes et j'ai baissé un poil le ratio d'empâtage. A voir si sur la double décoction, l'empatage est complet aussi vite.


Ma dernière bandelette pH, je vais me prendre un pH mètre très bientôt. Vu l'age de ces bandelettes, je suis pas sur qu'elles étaient fiable lol.


Début de la recirculation du moût. La couleur semble bien sympa avec du 100% Vienna, reste à voir la limpidité.


Le débit est bon et constant, j'ai fait attention à laisser le gateau se mettre en place avant de commencer la recirculation.


J'ai ressorti le refractomètre (je l'ai enfin retrouvé dans mes cartons :D). Presque 20 °Brix à plus de 30°C ambiant, on a l'air vraiment pas mal niveau rendement ! Mes rendements sont bofs depuis quelques temps.


Le premier moût arrive dans la cuve d'ébullition, il a une superbe couleur et la limpidité est plutôt bonne.


Le moût juste avant l'ébullition. Je suis resté à coté sur les 10 derniers degrés pour ne pas me faire avoir avec un autre débordement :D


Références
La recette en format Brew Recipe Developer : B44_SMASH_vienna_splater.bre
La police d'écriture utilisée sur les photos : www.dafont.com/fr/dymaxion-script.font

 

28 days ago

Hopline - Jul 12

BJCP/2A. International Pale Lager

International Pale Lager, qu’est-ce donc ? La Heineken, ça vous parle ? Bah voilà, c’est ça. Bon, y’a pas des masses de brasseurs qui se sont levés le matin en se disant : « Hey mais, une Heineken, c’est ça que je veux faire ! ». Pour autant, tous les goût sont dans la nature et on... En savoir plus 1 months ago
International Pale Lager, qu’est-ce donc ?

La Heineken, ça vous parle ? Bah voilà, c’est ça.

Bon, y’a pas des masses de brasseurs qui se sont levés le matin en se disant : « Hey mais, une Heineken, c’est ça que je veux faire ! ». Pour autant, tous les goût sont dans la nature et on peut avoir une bonne raison de vouloir brasser ça. Comme pour l’American Lager, limpidité et discrétion des saveurs sont impératifs ici.

La recette :

DI: 1.042 à 1.050
DF: 1.008 à 1.012
ABV: 4.6 à 6.0
IBU: 18 à 25
EBC: 4 à 12

100% pils
20 IBU de Saaz à 60 minutes
Levure sèche: Fermentis SafLager S-189 ou Mangrove M76 Bavarian lager
Levure liquide: WLP800 ou Wyeast2206 Bavarian Lager

Un empâtage de 60 minutes à 65°C, suivi d’une ébullition de 60 minutes.

Pour la fermentation, ensemencer à 18°C, puis descendre le fermenteur à 12°C pendant 8 à 12 jours. S’en suit l’étape du Diacétyl Rest durant 1 semaine à 18°C et pour terminer un lagering à 6°C pendant 1 mois.

Pour le conditionnement, viser 2.7 volumes de CO2.
Le service se fera le plus froid possible.

Pour aller plus loin

Il est possible pour adapter un peu la recette de remplacer une partie du pils par du maïs, du riz voir directement du sucre.

Pour le houblon, on peut le substituer par une variété tirant sur le floral, épicé ou herbacé. Il faut tout de même rester dans le bas du spectre aromatique.

1 months ago

Hopline - Jul 05

BJCP/11C Strong bitter

Une strong bitter c’est quoi? Une bitter encore meilleure que la best bitter et plus forte, plus houblonnée en aromatique avec une plus grande complexité au niveau du malt. L’exemple voire la seule bitter de ce style pour les américains est la Fuller ESB La bitter, un style de tous les jours, une bière de... En savoir plus 1 months ago

Une strong bitter c’est quoi? Une bitter encore meilleure que la best bitter et plus forte, plus houblonnée en aromatique avec une plus grande complexité au niveau du malt. L’exemple voire la seule bitter de ce style pour les américains est la Fuller ESB

La bitter, un style de tous les jours, une bière de soif anglaise omniprésente . Malgré son nom une bitter est relativement peu amère en IBU. Ce style, une variation de la pale ale, est apparu assez tardivement vers la fin du XIXème siècle. Cette bière était servie jeune et permettait de substantielles économies en évitant le stockage en « vats » .

La couleur cuivrée plus ou moins foncée est due à l’utilisation des malts crystals  plus ou moins foncés . Il existe de nombreuses variantes régionales qui seront liées surtout à la levure et à l’eau plus qu’à une différence de recette bien qu’il apparaisse des différences dans la teinte, la mousse etc. Du houblon était parfois ajouté au cask avant que celui ci ne quitte la brasserie.

La recette :

DI: 1.048 à 1.060
DF: 1.010 à 1.016
ABV: 4.6 à 6.2
IBU: 30 à 50
EBC: 16 à 36

90% pale malt anglais
8 à10% crystal foncé – 130EBC

26 IBU d’East Kent Golding à 90 minutes
9 IBU de Fuggles à 10 minutes

Levures sèches: Lallemand Windsor ou Lallemand Nottingham
Levures liquides:  WLP017 Whitebread II Ale ou Wyeast1968 London ESB Ale

 

L’empâtage se fera à 66 -67°C.

Pour la fermentation évitez de démarrer trop haut, les levures anglaises ont une certaine facilité à créer des gouts forts. Je conseille un ensemencement à 18°C pour une majorité des levures puis au bout de 24 à 36H monter progressivement la température à 20° jusqu’au cold crash.

Pour le conditionnement, viser 1.5 volumes de CO2.

La Température de service est de 10 à 12°C.

Les variantes :

Une touche de malt ou de grain torréfié noir peut être utilisé pour ajuster la couleur. Du sucre, du maĩs ou du blé sont parfois ajoutés. Les houblons peuvent être remplacés par d’autres cultivars traditionnels anglais comme le golding.Il peut être fait un léger dry hopping sur certains bitter pour accentuer les aromes de houblons Les levures peuvent être changées pour des levures locales pour coller aux variantes régionales du style.

Pro TIPS :

Le profil d’eau est adapté à la version régionale choisie, pour une London Bitter, prendre le profil London :

Calcium (ppm) :  70.0
Magnesium (ppm) : 6.0
Sodium (ppm) : 15.0
Sulfate (ppm) : 40.0
Chloride (ppm) : 38.0
Bicarbonate (ppm) : 166.0

1 months ago

Hopline - Jul 05

BJCP/1D. American Wheat Beer

Une American wheat beer, c’est quoi? Variante américaine de la weissbier, popularisée par les brasseries artisanales dans les années 80, elle reprend les grandes lignes de sa cousine européenne sans ses souches de levures si spécifiques et facilement reconnaissables et en interchangeant les houblons traditionnels allemands par des cultivars américains. Bon en gros et pour... En savoir plus 1 months ago

Une American wheat beer, c’est quoi?

Variante américaine de la weissbier, popularisée par les brasseries artisanales dans les années 80, elle reprend les grandes lignes de sa cousine européenne sans ses souches de levures si spécifiques et facilement reconnaissables et en interchangeant les houblons traditionnels allemands par des cultivars américains. Bon en gros et pour faire simple, c’est presque pareil mais pas tout à fait, puisque seule la base maltée reste leur seul point commun.

Qui dit bière craft américaine, dit houblonnage aromatique présent, mais attention à ce qu’il ne prenne pas le pas exagérément sur le reste des saveurs. Une touche subtile plutôt qu’un houblonnage massif permettra de laisser la place à la base maltée et donc au blé. De même, l’amertume doit venir accompagner l’ensemble plutôt que l’écraser. Les souches de levures allemandes sont prohibées et les notes de banane ou de clou de girofle n’ont pas leur place dans ce style.

La recette :

DI: 1.040 à 1.055
DF: 1.008 à 1.013
ABV: 4.0 à 5.5
IBU: 15 à 30
EBC: 6 à 12

60% pils
40% malt de blé

11 IBU de Centennial à 60 minutes
11 IBU de Cascade à 10 minutes

Levures sèches: Fermentis SafAle US-05 ou Mangrove US West coast yeast M44
Levures liquides:  WLP001 California Ale ou Wyeast1010 American Wheat

 

Un empâtage de 60 minutes est suffisant à 66°C.

La température de fermentation optimale est de 18°C pour un fini neutre.

Pour le conditionnement, viser 2.6 volumes de CO2.

La température de service est de 10 à 12°C.

Les variantes :

Divers houblons peuvent être utilisés, même les houblons traditionnels allemands pour certaines versions, même si le profil aromatique du houblonnage tend le plus souvent vers les agrumes et les saveurs fruitées.

Pro TIPS :

Le profil d’eau idéal pour brasser une American wheat ale :

Calcium (ppm) :  50.0
Magnesium (ppm) : 7.0
Sodium (ppm) : 5.0
Sulfate (ppm) : 75.0
Chloride (ppm) : 60.0
Bicarbonate (ppm) : 0.0

1 months ago

Hopline - Jul 04

BJCP/11A. Ordinary Bitter

Une Ordinary Bitter c’est quoi? La bitter, un style de tous les jours, une bière de soif anglaise omniprésente . Malgré son nom une bitter est relativement peu amère en IBU. Ce style, une variation de la pale ale, est apparu assez tardivement vers la fin du XIXème siècle. Cette bière était servie jeune et... En savoir plus 1 months ago

Une Ordinary Bitter c’est quoi?

La bitter, un style de tous les jours, une bière de soif anglaise omniprésente . Malgré son nom une bitter est relativement peu amère en IBU. Ce style, une variation de la pale ale, est apparu assez tardivement vers la fin du XIXème siècle. Cette bière était servie jeune et permettait de substantielles économies en évitant le stockage en « vats » .

La couleur cuivrée plus ou moins foncée est due à l’utilisation des malts crystals foncés . Il existe de nombreuses variantes régionales qui seront liées surtout à la levure et à l’eau plus qu’à une différence de recette bien qu’il apparaisse des différences dans la teinte, la mousse etc. Du houblon était parfois ajouté au cask avant que celui ci ne quitte la brasserie.

La recette :

DI: 1.030 à 1.039
DF: 1.007 à 1.011
ABV: 3.2 à 3.8
IBU: 25 à 35
EBC: 16 à 28

95% pale malt anglais
5% crystal foncé – 130EBC

24 IBU d’East Kent Golding à 90 minutes
3 IBU de Fuggles à 10 minutes

Levures sèches: Lallemand Windsor ou Lallemand Nottingham
Levures liquides:  WLP017 Whitebread II Ale ou Wyeast1968 London ESB Ale

 

L’empâtage se fera à 67°C.

Pour la fermentation évitez de démarrer trop haut, les levures anglaises ont une certaine facilité à créer des gouts forts. Je conseille un ensemencement à 18°C pour une majorité des levures puis au bout de 24 à 36H monter progressivement la température à 20° jusqu’au cold crash.

Pour le conditionnement, viser 1.5 volumes de CO2.

La Température de service est de 10 à 12°C.

Les variantes :

Une touche de malt ou de grain torréfié noir peut être utilisé pour ajuster la couleur. Du sucre, du maĩs ou du blé sont parfois ajoutés. Les houblons peuvent être remplacés par d’autres cultivars traditionnels anglais comme le golding. Les levures peuvent être changées pour des levures locales pour coller aux variantes régionales du style.

Pro TIPS :

Le profil d’eau est adapté à la version régionale choisie, pour une London Bitter, prendre le profil London :

Calcium (ppm) :  70.0
Magnesium (ppm) : 6.0
Sodium (ppm) : 15.0
Sulfate (ppm) : 40.0
Chloride (ppm) : 38.0
Bicarbonate (ppm) : 166.0

1 months ago

LABROWAR - Jun 29

Recette : Cigar City Jai Alai IPA

♦Cigar City est au top avec cette IPA notée 99/100 sur Ratebeer une belle couleur orange et beaucoup de senteurs tropicales!

Avant de vous lancer dans le brassage vous pouvez goûter l'originale ICI

toutes les créations originales de Cigar City Brewing ICI avec les versions White Oak de la Jai Alai

Place à la recette !



Batch Size: 18.93 lStyle: American 2 months ago
♦Cigar City est au top avec cette IPA notée 99/100 sur Ratebeer une belle couleur orange et beaucoup de senteurs tropicales!

Avant de vous lancer dans le brassage vous pouvez goûter l'originale ICI

toutes les créations originales de Cigar City Brewing ICI avec les versions White Oak de la Jai Alai

Place à la recette !



Batch Size: 18.93 lStyle: American IPA (14B)Boil Size: 26.38 lStyle Guide: BJCP 2008Color: 24.2 EBCEquipment: Brew Pot (10 gal) and Cooler (64 qt)Bitterness: 74.6 IBUsBoil Time: 60 minEst OG: 1.077 (18.6° P)Mash Profile: Single Infusion, Medium Body, Batch SpargeEst FG: 1.019 SG (4.8° P)Fermentation: Ale, Two StageABV: 7.6%Taste Rating: 30.0IngredientsAmountNameType#6.12 kgPale Malt (2 Row) US (3.9 EBC)Grain1340.2 gCaramunich I (Weyermann) (100.5 EBC)Grain2226.8 gCaramel/Crystal Malt - 60L (118.2 EBC)Grain3113.4 gCaramel/Crystal Malt - 80L (157.6 EBC)Grain468.0 gVictory Malt (49.2 EBC)Grain514.2 gAhtanum [6.0%] - First WortHops67.1 gCentennial [10.0%] - First WortHops714.2 gAhtanum [6.0%] - Boil 60 minHops814.2 gAmarillo Gold [8.5%] - Boil 60 minHops97.1 gColumbus (Tomahawk) [14.0%] - Boil 60 minHops1028.3 gCentennial [10.0%] - Boil 15 minHops1121.3 gCascade [5.5%] - Boil 15 minHops1214.2 gAhtanum [6.0%] - Steep 5 minHops1314.2 gAmarillo Gold [8.5%] - Steep 5 minHops141 pkgsBurton Ale (White Labs #WLP023)Yeast1556.7 gSimcoe [13.0%] - Dry Hop 5 daysHops16
Conseils de fermentation : WhiteLabs WLP051 dispo ICI

Enjoy!
2 months ago

Homebrewers.be - Jun 27

Bilan avant les vacances 2018

Un article plus personnel qui me permettra de revenir sur cette belle année. Le brassage amateur ce n’est pas que prendre des photos ou de partager sur ce blog. Je vais revenir sur les dernières […]

Cet article Bilan avant les vacances 2018 est apparu en premier sur Homebrewers.be.

2 months ago

Un article plus personnel qui me permettra de revenir sur cette belle année. Le brassage amateur ce n’est pas que prendre des photos ou de partager sur ce blog. Je vais revenir sur les dernières et prochaines évolutions du projet. Ce billet me permet aussi d’instaurer une saison de publication, avec un beau creux entre juillet et août.

Un nouveau logo

Il y a quelques mois j’ai mis en route un nouveau logo. Celui-ci me permet de mieux communiquer et de « professionnaliser » ma communication. Je l’ai voulu simple, de toutes façons je n’ai pas les compétences pour faire mieux, et facilement identifiable. Le but est qu’il soit mon premier support de « pub ». Je pense que le pari est réussi et l’animation du logo que m’a fait Grégoire me conforte dans mon choix.

Vous remarquerez qu’à l’heure actuelle  il existe deux variantes du logo, avec et sans .be.

Une chaine YouTube

Là c’est du lourd … je me suis mis en tête de sortir une série de séquences vidéos pour expliquer certaines notions dans le brassage amateur et autour de la bière. Cette série sera composée de 10 épisodes qui seront dévoilés au rythme d’un par mois.

Aller plus loin ? Oui j’y pense, mais la création de vidéos prend énormément de temps. Dans les idées qui germent : un vlog sur le brassage et la bière, des interviews etc. En attendant suivez déjà la chaine.

Instagram

Là rien de nouveau, je continue mon rythme de parution. Je continue dans la même thématique et de la même manière. Vous me le rendez bien ! Un grand merci à tous les abonnés.

Homebrewers.be

Pour la courte histoire, le blog a été lancé fin 2016. Mi 2017 je lançais lors de mes vacances l’Instagram (de manière plus rigoureuse) et aujourd’hui je compte presque 2500 abonnés.

Instagram est pour moi un moyen rapide de partager des éléments autour du brassage amateur. A titre personnel je l’utilise plus que Facebook (même si j’essaie de dynamiser la page de ce dernier). Concernant le blog, il est pour moi un moyen efficace de centraliser l’information et les connaissances acquises. Dans cette idée j’ai lancé mi-mai une mise à niveau du site : graphisme ET fonctionnalités.

Le but est clairement de continuer à grappiller de la fréquentation.

Le rythme de un billet par semaine me convient et est soutenable. Je continuerai dans cette lancée. Même si les mois de juillet et août seront plus axés vers des billets plus « légers ».

La carte du brassage amateur

Celle-ci sera mise à jour cet été. Elle contiendra tous les points de vente physiques de Brouwland en Belgique. Et je tenterai d’alimenter la partie française. Un chouette petit projet qui je trouve est plus qu’utile.

La fréquentation du site

Elle oscille entre 50 et 100 visiteurs par jour, avec bien sur des creux (inexpliqués …). Et pour vous donner une idée, l’article ayant le plus de succès à l’heure actuelle est l’article sur le rôle de l’ébullition (plus de 1000 visiteurs uniques sur 3 jours). Mais globalement, la fréquentation se voit augmentée de 100% par rapport à l’année passée. les chiffres sont dans le vert à mes yeux !

Remerciements

Merci aux personnes de l’ombre qui œuvrent pour que le site ressemble à quelque chose. De tête : Cli4th, Apollo17, Grégoire, et tous ceux qui seraient oubliés.

Conclusion

Quelques évolutions notables d’un projet qui prend de plus en plus d’ampleur. Et c’est un peu grâce à vous ! La semaine prochaine on attaque enfin le contenu de qualité !

Cet article Bilan avant les vacances 2018 est apparu en premier sur Homebrewers.be.

2 months ago

Youpibrassin - Aug 13

Brassin collectif 8 – Bièresoult – Strong Bitter

Bièresoult Strong Bitter Type: All Grain Date: 15 Jul 2018 Volume à fermenter: 18.00 l Brasseur: Oriane & Jacques & Oliv Ingrédients Ingredients Amt Name Type # %/IBU 4.00 kg Pale Malt (2 Row) UK (5.9 EBC) Grain 1 85.1 % 0.50 kg Caramel/Crystal Malt – 60L (118.2 EBC) Grain 2 10.6 % 0.20 kg …

Lire la suite de Brassin collectif 8 – Bièresoult – Strong Bitter

a day ago
Bièresoult

Strong Bitter ♦ Type: All Grain Date: 15 Jul 2018 Volume à fermenter: 18.00 l Brasseur: Oriane & Jacques & Oliv

Ingrédients

Ingredients
Amt
Name
Type
#
%/IBU 4.00 kg Pale Malt (2 Row) UK (5.9 EBC) Grain 1 85.1 % 0.50 kg Caramel/Crystal Malt – 60L (118.2 EBC) Grain 2 10.6 % 0.20 kg Special B Malt (354.6 EBC) Grain 3 4.3 % 25.00 g Whitbread Golding Variety (WGV) [6.00 %] – Boil 90.0 min Hop 4 25.1 IBUs 40.00 g Fuggle [4.50 %] – Boil 15.0 min Hop 5 14.0 IBUs 1.0 pkg London ESB Ale (Wyeast Labs #1968) [124.21 ml] Yeast 6 –

Profil

Densité initiale prévue: 1.056 SG Densité initiale mesurée: 1.050 SG Amertume: 39.0 IBUs Couleur: 34.4 EBC

Cette fois, une commande pour les collègues de taf : « une ambrée avec un peu d’amertume ». Du coup c’est l’occase de brasser un truc qui ressemble à un bitter (oui qui ressemble, parce qu’un bitter avec du malt bosh, jvais me faire tomber dessus par les puristes UK). C’est aussi ma première avec une levure liquide.

Les trucs en vrac :

  • La ESB a mis pas mal de temps à démarrer, genre 24h, et quasi pas de krausen. J’ai pas pris la T° d’ensemencement mais vu les températures extérieures, j’étais ptet un peu chaud.
  • C’est par contre pratique de pas avoir à se faire chier à réhydrater une levure.
  • Jsuis un peu bas sur ma DI, pourtant j’étais bon post-mash, mais c’est la première fois que j’avais la cuve aussi pleine et je pense que l’ébu manquait de patate et que du coup je n’ai pas eu les pertes estimées.

a day ago

Homebrewers.be - Aug 10

Incendie à la malterie Weyermann

Une nouvelle qui risque de ne pas plaire aux amateurs que nous sommes, mais la malterie Weyermann basée à Bamberg en Allemagne vient de connaître un incendie. L’incendie a eut lieu le 10 aout. Cet […]

Cet article Incendie à la malterie Weyermann est apparu en premier sur Homebrewers.be.

5 days ago

Une nouvelle qui risque de ne pas plaire aux amateurs que nous sommes, mais la malterie Weyermann basée à Bamberg en Allemagne vient de connaître un incendie. L’incendie a eut lieu le 10 aout.

Cet incendie a eut lieu dans une des sections de production de l’usine. Un seul des quatre fours de production est concerné. Ce qui n’impacte pas le reste de la production. A première vue, on ne risque donc pas d’avoir une pénurie de ce malt dans nos boutiques favorites. Et ce même si 30 tonnes de malt ont disparus.

A l’heure actuelle les causes de l’incendie ne sont pas encore connues. L’article sera mis à jour dès que plus d’informations seront disponibles.

Cet article Incendie à la malterie Weyermann est apparu en premier sur Homebrewers.be.

5 days ago

Blog du Gamb - Jul 23

B45 - Le Poil, itération 4

Après le fail de couleur sur B39, on recommence la recette du Poil car elle est quand même vachement bonne ! (et j'ai du Rauch à écouler ;-)
 

 

Résumé
Brassé le : 22/07/2018
Embouteillé le : -
Volume : Brassin 68 L
Densités : Initale 15.3°P / Finale 4.0°P
Alcool : 6.25% en keg / 6.5% en bouteille
Amertume : 16 IBU
23 days ago

Après le fail de couleur sur B39, on recommence la recette du Poil car elle est quand même vachement bonne ! (et j'ai du Rauch à écouler ;-)
 

 

Résumé
Brassé le : 22/07/2018
Embouteillé le : -
Volume : Brassin 68 L
Densités : Initale 15.3°P / Finale 4.0°P
Alcool : 6.25% en keg / 6.5% en bouteille
Amertume : 16 IBU
Couleur : ?! EBC (voir recette)

Recette
30% Rauch Malt 6 EBC : 4.5 kg
30% Malt Vienna 7.5 EBC : 4.5 kg
35.5% Malt de blé blond 4 EBC : 5.3 kg
4.5% Malt de blé torréfié 900 EBC : 0.670 kg
Amérisant Mittelfrüh 2016 4.6%AA : 50g / 9.5 IBU
Amérisant Mittelfrüh 2015 3.4%AA : 46g / 6.5 IBU
-M/mL/°P Wyeast 2206 Bavarian Lager : 1 smackpack / 4L starter
Double décoction 50°C / 68°C / 78°C : trempe épaisse 15 minutes / trempe claire 5 minutes
Ebullition 70 minutes / évaporation 7% / rendement 74%
Fermentation 15j 9°C / 2j 16°C / 15j 4°C

Chronogramme d'empâtage :


Globalement peu de changement sur la recette, j'ai juste essayé de corriger le problème de teinte rencontré sur B39. Je me suis basé sur le % de blé torréfié 900 plutôt que sur les EBC calculés par le logiciel. Sur B39, j'étais à 2.5% alors que sur les autres itérations, j'étais à 5 voir 6%. J'ai donc monté la part de torréfié 900 à 4.5% et j'ai baissé le total de blé à 40% contre 50%. J'ai baissé d'un degré le palier de saccharification car la DF est un peu trop haute à mon gout, le rendu est trop sucré. Sur les prochaines itérations, je testerai bien le blé fumé au chêne en remplacement de l'orge fumé au hêtre.

Dégustation
-

Fermentation
Ensemencement : 23/07/2018 à 21h, frigo à 9°C / Starter 4L non décanté
Mesure : 22/07/2018 à 18h30, SG 1.059, densité initiale
Mesure : 25/07/2018 à 20h, SG 1.054, atténuation apparente 8.5%
Mesure : 30/07/2018 à 21h, SG 1.045, pH 4.70, atténuation apparente 23.7%
Mesure : 03/08/2018 à 20h, SG 1.036, atténuation apparente 39.0%
Mesure : 08/08/2018 à 21h, SG 1.022, atténuation apparente 62.7%
Consigne : 08/08/2018 à 21h, frigo de 9°C à 17°C, Diacethyl Rest

Brassage
(14.91kg@20°C x 3.2 -> 52°C = 48L@56°C)
11h45 : 58L 54°C
11h58 : 24L trempe épaisse 52°C
12h07 : 62°C
12H12 : 72°C trempe, matière 51°C
12h24 : reprise trempe 71
12h33 : 85°C
12h38 : 90°C
12h47 : ébu trempe, matière 50°C
13h02 : 65L d'eau dans cuve ébu
13h06 : 68°C 55L
13h30 : 66.5°C
13h48 : iode OK, 65°C
13h54 : 25L trempe claire, 64°C
14h19 : ébu trempe claire
14h26 : 78°C 55L, 2 minutes pour retour trempe
14h35 : mis en place filtre
14h40 : transfert rinçage 76°C
14h45 : premier jus 21°Brix
15H15 : sortie filtre + recirculation, 25L en cuve ébu
15h50 : reprise après pause, 50L cuve ébu, 7°Brix sortie filtre
16h18 : 75L 13°Brix
16h40 : ébu
17h40 : CC à chaud, 70L
17h50 : stop gaz + refroidissement
18h01 : ~55°C cuve, 29°C vers fermenteur
18h15 : 1056@30°C, fin

Le début du brassin a super bien fonctionné. Les paliers 50 et 68°C parfait, mon calcul pour les trempes est bien plus précis. Le bruleur de trempe a fait le taff alors que je le trouvais ces derniers temps un peu mou. Par contre, une fois la recirculation finit, le débit du filtre n'a fait que décroitre jusqu'à qu'il n'y ai plus moyen de sortir quelque chose, même en essayant de réamorcer. J'ai ressorti le filtre, refais une recirculation et rebelote, ça décroit jusqu'à zéro. Sur un mout un peu trop collant et visqueux, on sent bien le manque de surface du filtre, faut vraiment que je l'améliore. Bref, une fois la galère de la filtration passée, le reste du brassin a roulé. Le rendement est moins bon que prévu, je suis à 1059 pour 1062 espéré.

Photos
La première trempe est bien épaisse. On commence bien beige et on sera tout noir à la fin de l'empâtage, c'est fun.


Petit test après la pause de 10 minutes à 72°C lors de la première trempe. Tout l'amidon n'est pas transformé, je ne sais pas si c'est idéal ou grave.


La trempe épaisse après 15 minutes d'ébu, ça sent bien bon (et ça colle grave lol).


Après 40 minutes à 67 - 68°C, le test est OK. La cuve isolée + un brassage toutes les 5 à 10 minutes aident bien. Je n'ai pas testé avant 40 minutes, peut être que tout était déjà transformé avant.


Le premier jus est bien dense ! Je pensais à ce moment que le rendement serait bon ...


Le premier jus pendant la recirculation, c'est foncé, c'est épais, ça le fait :D


Les 25 premiers litres sont sortis sans souci, la teinte est là ! Par contre les 50L suivant ont été de moins bonne volonté lol.


Le gâteau à la fin de la filtration, on a encore cette couche imperméable. C'est pas faute d'avoir griffé, touillé mais on avait l'impression que le liquide restait coincé sur le dessus.


Pendant ce temps, le starter est en retard car le smackpack n'était pas entièrement gonflé. Je vais ensemencer avec 24h de retard à priori. Pour la Bavarian Lager est bien vivace d'habitude.


Petite déception à la fin, on est plus bas que prévu. 1056 à 30°C, donc environ 1059, 3 points en dessous de la DI théorique.


J'avais un petit cône bien collé au fond, bon il y avait pas masse de houblon dans cette recette, ça aide.


Références
La recette en format Brew Recipe Developer : B45_LePoil_v04.bre
La police d'écriture utilisée sur les photos : www.dafont.com/fr/dymaxion-script.font

 

23 days ago

Hopline - Jul 18

BJCP/18B. American Pale Ale

Une American Pale Ale c’est quoi ? Bienvenue dans l’univers houblonné des bières américaines! L’Américan Pale ale est la porte d’entrée si vous voulez explorer l’étendue des cultivars de houblons originaires d’outre Atlantique. Adaptation de l’English Pale Ale avec des ingrédients locaux, c’est un peu la bière de base des brasseries craft américaines. Bière 28 days ago
Une American Pale Ale c’est quoi ?

Bienvenue dans l’univers houblonné des bières américaines! L’Américan Pale ale est la porte d’entrée si vous voulez explorer l’étendue des cultivars de houblons originaires d’outre Atlantique. Adaptation de l’English Pale Ale avec des ingrédients locaux, c’est un peu la bière de base des brasseries craft américaines.

Bière portée sur le houblon, avec une amertume franche et une aromatique pour laquelle on pourra mettre en œuvre plusieurs techniques de houblonnage, il ne faut cependant pas oublier la base maltée qui accepte des notes toastées ou biscuitées. La levure doit être relativement neutre et un Dry Hopping, même si optionnel, peut venir apporter un petit boost à l’ensemble.

La recette :

DI: 1.045 à 1.060
DF: 1.010 à 1.015
ABV: 4.5 à 6.2
IBU: 30 à 50
EBC: 10 à 20

95% pale malt
5% biscuit malt

20 IBU de Centennial à 60 minutes
10 IBU de Cascade à 10 minutes
10 IBU de Centennial à 10 minutes

Dry  Hop de 1.5g/l de Centennial pendant 5 jours
Dry  Hop de 1.5g/l de Cascade pendant 5 jours

Levures sèches: Fermentis SafAle US-05 ou Mangrove US West Coast Yeast M44
Levures liquides: WLP008 Est Coast Ale Yeast ou Wyeast1272 American Ale II

L’empâtage de 60 minutes se fera à 67°C.

Pour la fermentation, restez sur des températures assez basses, de 18 à 19°C, pour que les levures ne produisent pas d’esters indésirables pour le style.

Pour le conditionnement, viser 2.5 volumes de CO2.

La température de service sera de 8 à 10°C.

Les variantes :

Plusieurs techniques de houblonnage peuvent être appliquées comme le Hop stand, le Flame out ou le Dry hop. Les variantes concernant le houblonnage sont légions, il est possible d’utiliser aussi bien des cultivars donnant des notes d’agrumes, résineuses, florales ou fruitées (fruits tropicaux ou fruits jaunes) et bien d’autres encore. Les houblons américains ou du nouveau monde ne manquent pas de diversité à ce niveau là. Il est possible d’ajouter une petite part de malts spéciaux qui amèneront les notes toastées ou biscuitées mais il faut éviter le côté caramel de certains malts. Certaines levures anglaise avec des esters fruités très discrets peuvent venir en remplacements des levures américaines traditionnellement neutres.

Pro TIPS :

Le profil d’eau idéal pour brasser une Blonde Ale :

Calcium (ppm) : 140.0
Magnesium (ppm) : 18.0
Sodium (ppm) : 25.0
Sulfate (ppm) : 300.0
Chloride (ppm) : 55.0
Bicarbonate (ppm) : 110.0

28 days ago

Hopline - Jul 18

BJCP/18A. Blonde Ale

Une Blonde Ale c’est quoi ? Vous avez tous autour de vous une brasserie qui vend une « blonde » sans avoir plus d’indication que cela et vous vous êtes toujours demandé à quel chapitre du BJCP leur bière correspondait? Bingo ! Vous venez de trouver une réponse à la question que tout le monde se pose.... En savoir plus 28 days ago
Une Blonde Ale c’est quoi ?

Vous avez tous autour de vous une brasserie qui vend une « blonde » sans avoir plus d’indication que cela et vous vous êtes toujours demandé à quel chapitre du BJCP leur bière correspondait? Bingo ! Vous venez de trouver une réponse à la question que tout le monde se pose. Bienvenue dans l’univers nébuleux de la Blonde Ale qui n’est autre qu’un fourre tout qui englobe nombre de bières qui n’ont que seul point commun leur couleur avec une quantité de variantes impressionnantes.

Plus marquée gustativement que les lagers américaines ou les cream ales, mais moins amères que les Américan Pale Ale, c’ est la bière « standard » des brasseries artisanales américaines et des brewpubs. Moins houblonnée que les APA, avec plutôt un côté malté mis en avant et une levure relativement neutre, la Blonde Ale est une bière équilibrée.

La recette :

DI: 1.038 à 1.054
DF: 1.008 à 1.013
ABV: 3.8 à 5.5
IBU: 15 à 28
EBC: 6 à 12

95% pale malt
5% carapils

20 IBU de Willamette à 60 minutes

Levures sèches: Fermentis SafAle US-05 ou Mangrove US West Coast Yeast M44
Levures liquides:  WLP001 California Ale ou Wyeast1056 American Ale

l’empâtage de 60 minutes se fera à 67°C.

Pour la fermentation, restez sur des températures assez basses, de 18 à 19°C, pour que les levures ne produisent pas d’esters indésirables pour le style.

Pour le conditionnement, viser 2.5 volumes de CO2.

Servir frais mais pas trop froid.

Les variantes :

Le style admet un nombre de variantes impressionnant: malt de blé jusqu’à 25%, différents sucres, houblons variés (mais jamais en premier plan), levures anglaises légèrement fruitées, kölsch ou neutre… Il est même admis des ajouts d’épices, de fruits ou de miel.

Pro TIPS :

Le profil d’eau idéal pour brasser une Blonde Ale :

Calcium (ppm) : 50.0
Magnesium (ppm) : 7.0
Sodium (ppm) : 5.0
Sulfate (ppm) : 75.0
Chloride (ppm) : 60.0
Bicarbonate (ppm) : 0.0

 

28 days ago

Homebrewers.be - Jul 11

Technologie Brassicole 2ème Edition

C’est via la page Facebook dédiée à l’ouvrage que l’auteur, Nicolas Imbreckx, nous annonce la sortie de la deuxième édition de son ouvrage. Technologie Brassicole traite du brassage de bière avec quelques mentions au brassage […]

Cet article Technologie Brassicole 2ème Edition est apparu en premier sur Homebrewers.be.

1 months ago

C’est via la page Facebook dédiée à l’ouvrage que l’auteur, Nicolas Imbreckx, nous annonce la sortie de la deuxième édition de son ouvrage. Technologie Brassicole traite du brassage de bière avec quelques mentions au brassage amateur. Quelques modifications ont été apportées à l’ouvrage. Si vous disposez de la première édition, l’acquisition de cette dernière n’est pas « obligatoire ».

Pour en savoir plus sur le contenu du livre, je vous invite à prendre connaissance de ma critique écrite sur le blog Happy Beer Time.

Le livre est annoncé à 20€ hors frais de port, toutes les informations nécessaires se trouvent sur la page Facebook du livre.

Cet article Technologie Brassicole 2ème Edition est apparu en premier sur Homebrewers.be.

1 months ago

Blog du Gamb - Jul 06

Faire un starter depuis un pack de levure liquide

Je vais décrire ma procédure actuelle pour la partie pied de cuve avant un brassin. Je ne suis pas un spécialiste du sujet, il y aura des approximations, de meilleurs façons de faire, etc.

 

Il est indéniable, de mon ressenti, que mes bières se sont nettement améliorées lorsque j'ai commencé à utiliser des levures liquides. Je trouve qu'elles ont gagnées en complexité, en struct 1 months ago

Je vais décrire ma procédure actuelle pour la partie pied de cuve avant un brassin. Je ne suis pas un spécialiste du sujet, il y aura des approximations, de meilleurs façons de faire, etc.

 

Il est indéniable, de mon ressenti, que mes bières se sont nettement améliorées lorsque j'ai commencé à utiliser des levures liquides. Je trouve qu'elles ont gagnées en complexité, en structure. De plus, j'ai l'impression que le rendu est souvent plus propre, plus précis. Bien sur, les liquides ce n'est pas magique, pour les brassins de plus de 20L, il faut ajouter une étape dans son process avec son lot de risques : le starter.


Volume du starter


Première question à se poser et qui reste pas claire pour moi, la taille du starter. Bon déjà, règle numéro 1 qui semble faire consensus, ne pas se fier aux calculateurs trouvés sur internet, ils ont tendances à surdoser le truc ! Ensuite, avec un smackpack Wyeast ou un pack WLP récent, on peut fermenter entre 20 et 25L de bière avec une DI basse sans passer par la case starter. Je l'ai fait sur ma Kölsch avec des résultats peut être même meilleur qu'avec starter :D

Le calcul me semble compliqué n'étant pas sur du nombre de cellules initiales, de la viabilité, de l'efficacité de l'agitateur, etc. De mon expérience, pour les levures ales, on peut partir sur 5% de volume du brassin en pied de cuve. Pour les lagers, il est préconisé de doubler la taille du pied de cuve. De mon expérience, 5% c'est trop juste mais 10% ça devient un peu gros :D Donc pour les lagers, faites le mieux que vous pouvez dans la fourchette 5 à 10%. Lorsque, je faisais du 50L, un starter de 2.5L à 3L dans mon erlenmeyer de 3L ça faisait un peu juste car la fermentation traînait en longueur. Depuis mon passage au erlenmeyer de 5L, je fais 3.5 à 4L de starter, ça semble pas mal.

J'ai l'impression que le nouveau barreau que j'utilise améliore grandement l'agitation ! Merci Neza, c'est le jour et la nuit en terme de résultat. Le nouveau fait 80mm, contre 40mm pour l'ancien. Je baisse un peu la taille de mes starters depuis car les fermentations carburent grave (lag et temps avant atténuation).


Le smackpack


Il faudra "claquer" le smackpack quelques jours avant d'effectuer le starter, ça demande une bonne organisation si on souhaite brasser un jour précis. Il vaut mieux si prendre trop tôt, donc dans le doute, gardez vous 48h de rabe par exemple. On sort le smackpack du frigo, on attend quelques heures pour qu'il soit à température ambiante puis on éclate la poche interne : Des fois, il faut forcer pas mal pour qu'elle éclate, bien coincer la poche dans un coin du pack et BIM.

Pour le temps de "gonflage", on dit qu'il faut compter 24h + 24h par mois d'ancienneté du pack. Dans les faits, ce temps est très variable, il dépend de la souche, de l'ancienneté, du stockage, etc. Dans la grande majorité des cas, de mon coté, entre 24 et 48h pour que le pack soit gonflé au max. Il faut maintenir idéalement au moins 20°C sur cette étape (bon suivant la souche et la saison, ça peut différer). Votre pack sorti du frigo doit ressembler à celui gauche. Une fois gonflé comme à droite, il doit être dur comme si il allait exploser :D


Préparer le moût pour starter


Ce moût peut être récupéré d'un brassin précédent. C'est la meilleur solution, elle est économique. Pour ma part, j'ai prit l'habitude de prendre de l'extrait de malt (DME) par facilité, ça m'évitait de stocker du moût entre deux brassins, surtout que je ne brasse pas encore assez régulièrement.

Pour cette étape, il vous faudra du DME, une balance, un erlenmeyer et de l'eau. En plus, j'utilise une casserole, un entonnoir, papier d'alu. J'ai eu une mauvaise expérience en faisant chauffer un erlen de 5L direct sur le gaz, alors qu'avec mon 3L, jamais eu de problème. Donc depuis, je fais bouillir le moût dans une casserole.

Avec une balance, on met environ 100g/L de mout de DME dans l'erlen (avec le barreau) ou la casserole. Je dois surélever un peu la casserole pour pouvoir lire le poid sur la balance :)


On ajoute ensuite l'eau correspondant au volume cible pour le starter (on évapore pas beaucoup pendant l'ébu de ce dernier). Les grumeaux disparaîtront en touillant et quand l'eau chauffera.


Pendant que le mout chauffe, on prépare l'erlen. On pense à mettre le barreau dans le erlen et on ferme l'erlen avec un morceau d'aluminium.


On porte à ébullition que l'on va maintenir 10 ou 15 minutes. Pas besoin d'une ébullition violente.


On ajoute le moût bouillant avec l'entonnoir.


On ferme avec une feuille d'aluminium puis on met à refroidir. J'utilise l'évier de la cuisine où je change l'eau quand elle est réchauffée.


Ensemencer le starter


Une fois le moût à starter refroidit et à température ambiante, il va falloir ajouter la levure de notre pack. Première étape est de secouer l'erlen vigoureusement pour oxygéner le moût. Je ne sais pas si c'est une étape indispensable car l'agitateur est sensé oxygéner aussi mais bon ça coûte rien de le faire.


On ajoute ensuite la levure. Je ne désinfecte rien de particulier à cette étape, je fais juste gaffe aux courants d'air et je me lave les mains. Agiter un peu le pack avant d'ouvrir et verser dans le erlen en soulevant le chapeau d'aluminium.


Il faut plier le chapeau en aluminium pour que ce dernier tienne bien en place mais que l'air puisse passer. Je fais un truc du genre, ne pas négliger ce point car j'ai l'impression que ça joue beaucoup sur le taff de l'agitateur.


Il ne reste plus qu'à placer l'erlen sur l'agitateur. Il faut une température d'au moins 20°C. Depuis peu, j'utilise un de mes frigos régulés pour maintenir le starter au chaud, bien pratique l'hiver.


Agitation du starter


Je laisse l'agitateur en route pour les 48h à venir. Méfiez vous des débordements si vous n'avez pas beaucoup d'espace libre dans l'erlenmeyer. Pensez par exemple à protéger votre agitateur avec de l'aluminium, le nettoyage sera plus simple ;-) Avec le barreau de 40mm, je devais mettre l'agitateur à 700 tr/min minimum. Avec le barreau triangulaire de 80mm, je peux pas dépasser 300tr/min sinon il décroche, par contre le vortex est bien mieux !

Les premières 12/24h, on a une petite couche de mouche qui se forme. Il n'y a pas de krausen a proprement parlé à cause de l'agitation permanente.


Après 24/36h, l'activité dans le erlenmeyer redescend, il n'y a plus de mousse en surface. On constate que la couleur du moût à bien changée pour virer vers du orange voir du beige. Je stop l'agitation au bout de 48h en général, je referme le chapeau en papier d'alu et je laisse décanter.


Ensemencer le brassin


Depuis quelques brassins, je laisse le starter décanter et je vire l'excédent de moût. Ca semble être une bonne façon de faire, on limite ainsi la part de mout merdique (oxygénation + DME) que l'on ajoute à son brassin, c'est toujours ça en moins comme faux goût :D Donc, pendant que le brassin finit de refroidir, je laisse décanter le starter. En général, je finis un brassin en fin de journée et j'ensemence le lendemain matin. La levure flocule assez vite et on a une couche compact au fond de l'erlenmeyer.


Je profites que les levures soient au fond, pour vider le surplus de moût à starter. Je vire en général 2/3 du stater, puis je remue le tout pour remettre la levure en suspension.


Avant de jeter ce concentré de levures dans le brassin, il ne faut pas oublier de tenir le barreau d'agitation avec un aimant :D Pour le moment, je n'ai pas encore jeté le barreau avec les levures mais visiblement ça arrive assez souvent :D


Pour l'ensemencement à proprement parler, veillez bien à avoir une température proche, voir égale entre le starter et le moût en fermenteur. Si votre frigo est assez grand, mettez l'erlen avec le fermenteur le temps qu'ils soient à la même température ;-)


Références


La police d'écriture utilisée sur les photos : www.dafont.com/fr/dymaxion-script.font

1 months ago

Hopline - Jul 05

BJCP11/B .Best bitter

Une best bitter c’est quoi? Une ordinary bitter en meilleur, un poil plus forte La bitter, un style de tous les jours, une bière de soif anglaise omniprésente . Malgré son nom une bitter est relativement peu amère en IBU. Ce style, une variation de la pale ale, est apparu assez tardivement vers la fin... En savoir plus 1 months ago

Une best bitter c’est quoi?

Une ordinary bitter en meilleur, un poil plus forte

La bitter, un style de tous les jours, une bière de soif anglaise omniprésente . Malgré son nom une bitter est relativement peu amère en IBU. Ce style, une variation de la pale ale, est apparu assez tardivement vers la fin du XIXème siècle. Cette bière était servie jeune et permettait de substantielles économies en évitant le stockage en « vats » .

La couleur cuivrée plus ou moins foncée est due à l’utilisation des malts crystals foncés . Il existe de nombreuses variantes régionales qui seront liées surtout à la levure et à l’eau plus qu’à une différence de recette bien qu’il apparaisse des différences dans la teinte, la mousse etc. Du houblon était parfois ajouté au cask avant que celui ci ne quitte la brasserie.

La recette :

DI: 1.040 à 1.048
DF: 1.008à 1.012
ABV: 3.8 à 4.6
IBU: 25 à 40
EBC: 16 à 32

95% pale malt anglais
5% crystal foncé – 130EBC

24 IBU d’East Kent Golding à 90 minutes
3 IBU de Fuggles à 10 minutes

Levures sèches: Lallemand Windsor ou Lallemand Nottingham
Levures liquides:  WLP017 Whitebread II Ale ou Wyeast1968 London ESB Ale

 

L’empâtage se fera à 67°C.

Pour la fermentation évitez de démarrer trop haut, les levures anglaises ont une certaine facilité à créer des gouts forts. Je conseille un ensemencement à 18°C pour une majorité des levures puis au bout de 24 à 36H monter progressivement la température à 20° jusqu’au cold crash.

Pour le conditionnement, viser 1.5 volumes de CO2.

La Température de service est de 10 à 12°C.

Les variantes :

Une touche de malt ou de grain torréfié noir peut être utilisé pour ajuster la couleur. Du sucre, du maĩs ou du blé sont parfois ajoutés. Les houblons peuvent être remplacés par d’autres cultivars traditionnels anglais comme le golding. Les levures peuvent être changées pour des levures locales pour coller aux variantes régionales du style.

Pro TIPS :

Le profil d’eau est adapté à la version régionale choisie, pour une London Bitter, prendre le profil London :

Calcium (ppm) :  70.0
Magnesium (ppm) : 6.0
Sodium (ppm) : 15.0
Sulfate (ppm) : 40.0
Chloride (ppm) : 38.0
Bicarbonate (ppm) : 166.0

Navigation de l’article Best bitter 1 months ago

Homebrewers.be - Jul 04

Pimp My Brew

En Belgique, les choses bougent pour le brassage amateur. Un nouveau festival voit le jour pour notre hobby. Celui-ci aura lieu le 22 septembre 2018 au Friche Boch à La Louvière. Le principe est un […]

Cet article Pimp My Brew est apparu en premier sur Homebrewers.be.

1 months ago

En Belgique, les choses bougent pour le brassage amateur. Un nouveau festival voit le jour pour notre hobby.

Celui-ci aura lieu le 22 septembre 2018 au Friche Boch à La Louvière. Le principe est un peu particulier. Hors de question de présenter des bières d’amateur, notre législation nationale l’empêchant, mais un vrai showroom des différentes installations inscrites par une horde de passionnés. Ceux-ci seront invités à présenter leur installation en plein fonctionnement. Et pour les accompagner de nombreux sponsors participeront à cette première édition. On peut déjà annoncer : Fermentis, Hop France et YCHHOPS.

Afin de ne pas se déshydrater En Stoemelings sera présent avec leurs très bonnes bières.

Une belle initiative à saluer de votre présence. Pour plus d’information, veuillez consulter la page Facebook de l’évènement.

Cet article Pimp My Brew est apparu en premier sur Homebrewers.be.

1 months ago

Hopline - Jun 29

BJCP/1C. Cream Ale

Une Cream ale c’est quoi ? Born in the U.S.A! On pourrait la définir comme ça cette bière. Survivante de la période de la prohibition aux États Unis, la cream ale est le pendant « ale » des lagers traditionnelles américaines. Plus aromatique mais tout aussi équilibrée que ses concurrentes à fermentation basse, elle s’est adoucie au... En savoir plus 2 months ago

Une Cream ale c’est quoi ?

Born in the U.S.A! On pourrait la définir comme ça cette bière. Survivante de la période de la prohibition aux États Unis, la cream ale est le pendant « ale » des lagers traditionnelles américaines. Plus aromatique mais tout aussi équilibrée que ses concurrentes à fermentation basse, elle s’est adoucie au fil du temps, les version pré-prohibition étant souvent un peu plus fortes, plus houblonnées avec parfois un « dry hopping » et avaient une amertume plus franche (25 à plus de 30 IBU)

La liste d’ingrédients est quasiment identique à celle que l’on retrouve dans les lagers américaines, mais est plus centrée sur le malt d’orge, l’ajout de maïs n’allant pas au delà de 20%. Autre différence qui va dans le sens d’une bière avec plus de caractère, un léger houblonnage aromatique.

La recette :

DI: 1.042 à 1.055
DF: 1.006 à 1.012
ABV: 4.2 à 5.6
IBU: 8 à 20
EBC: 5 à 10

80% pils
20% flocons de maïs

16 IBU de Cluster à 60 minutes
4 IBU de Willamette à 10 minutes

Levures sèches: Fermentis SafLager US-05 ou Mangrove California Lager M54 fermentée à 19°C
Levures liquides:  WLP080 Cream ale yeast blend ou Wyeast1056 American Ale

 

Un empâtage de 60 minutes est suffisant à 65°C.

Pour la fermentation, 19°C y compris pour la Mangrove M54 dont la plage de température d’utilisation est large.

Pour le conditionnement, viser 2.6 volumes de CO2.

Le service se fera le plus froid possible.

Les variantes :

Différents sucres peuvent être utilisés à l’ébullition ( jusqu’à 20%). Le houblon aromatique peut être remplacé par une autre variété au profil similaire (floral, épicé, herbacé)

Pro TIPS :

Le profil d’eau idéal pour brasser une Cream ale :

Calcium (ppm) :  50.0
Magnesium (ppm) : 7.0
Sodium (ppm) : 5.0
Sulfate (ppm) : 75.0
Chloride (ppm) : 60.0
Bicarbonate (ppm) : 0.0

2 months ago

Arkalive - Jun 29

#54 : Irish Red Ale

Bière brassée le 21 novembre 2017, première essai sur ce style. On l'a faite dans la tradition du style, c'est-à-dire avec juste du pale et de l'orge torréfiée (et un peu de munich aussi, pour augmenter le côté malté...) pour le grain, et uniquement de l'amérisant pour le houblon. Pour la levure c'était l'occasion de faire bosser une Irish Ale de chez Wyeast.

On vise 1048 et on a mis 2.2 2 months ago

Bière brassée le 21 novembre 2017, première essai sur ce style. On l'a faite dans la tradition du style, c'est-à-dire avec juste du pale et de l'orge torréfiée (et un peu de munich aussi, pour augmenter le côté malté...) pour le grain, et uniquement de l'amérisant pour le houblon. Pour la levure c'était l'occasion de faire bosser une Irish Ale de chez Wyeast.

On vise 1048 et on a mis 2.2% d'orge torréfiée. La bière est à 28EBC mais n'est pas vraiment rouge !

La bière est vraiment sympa à boire. C'est assez léger sans être flotteux du tout. Le malt prédomine avec une légère amertume et un côté fruité apporté par la levure. La fin de bouche est bien sèche et on sent une pointe de torréfié. Le tout porté par une carbonatation peu aggressive, c'est une bière de soif à boire à la pinte.

J'ai brassé dernièrement une autre IRA cette fois moins tradi', avec du crystal et de l'EKG en aromatique. La couleur n'est toujours pas rouge mais ça s'annonce bien aussi, quoique complètement différent. Je referai la recette "tradi" avec plus d'orge grillée et en visant une densité plus basse, genre 1045.

La recette est téléchargeable pour JolieBulle : Irish Red Ale

2 months ago

Blog du Gamb - Jun 26

B43 - La Propagamb : Deuxième itération

Enfin ! Je rebrasse une weizen après celle d'avril 2017 qui avait été un bon premier jet (B32 pour le concours FDMBA2). Pas mal d'idées pour cette recette tout en restant proche du style strict.

 

Résumé
Brassé le : 24/06/2018
Embouteillé le : 14/07/2018
Volume : Brassin 72 L
Densités : Initale 12.5°P / Finale 3°P
Alcool : 5 2 months ago

Enfin ! Je rebrasse une weizen après celle d'avril 2017 qui avait été un bon premier jet (B32 pour le concours FDMBA2). Pas mal d'idées pour cette recette tout en restant proche du style strict.

 

Résumé
Brassé le : 24/06/2018
Embouteillé le : 14/07/2018
Volume : Brassin 72 L
Densités : Initale 12.5°P / Finale 3°P
Alcool : 5.2% en keg / 5.5% en bouteille
Amertume : 12 IBU
Couleur : 10 EBC

Recette
50% Weyermann Wheat malt 4 EBC : 6.4kg
50% Weyermann Vienna malt 7.5 EBC : 6.4kg
FWH Hallertauer Hersbrucker 3.7%AA : 28g / 4.0 IBU
Amérisant Hallertauer Hersbrucker 3.7%AA : 56g / 8.0 IBU
-M/mL/°P Wyeast 3068 Weihenstephan Weizen : 1 smackpack / 3L starter
Simple décoction 67°C / 77°C : trempe épaisse 25 minutes
Ebullition 70 minutes / évaporation 6.5% / rendement 74%
Fermentation 7j 20°C / 3j 21°C

Chronogramme d'empatage spécifique :


Par rapport à la première itération, je veux essayer d'augmenter les saveurs maltées et de décoction. J'ai donc remplacé le pilsner par du Vienna et j'ai poussé l'ébullition de la trempe à 25 minutes contre 10. Je garde l'idée de simple décoction en zappant le palier 50°C. Concernant les densités, je vais essayer de monter à 1050 en DI ce qui est assez haut pour le style et on empate pas trop chaud pour garder une DF assez basse, j'aimerai entre 1010 et 1012. Pour l'houblonnage, j'ai reprit ma règle bidon du 30% des IBU en FWH, le reste en amérisant : On verra le résultat mais la première itération était trop houblonné. L'inconnue ici est la température idéale de fermentation, j'avais un peu raté ce truc la précédente fois, là je vais essayer de rester vers les 20-21°C.

Dégustation
Mise en bouteille : 14/07/2018, resucrage 5.5g/L, 129 bouteilles 50cl
(Je n'avais plus de sucre, j'ai utilisé du DME avec un ratio de 1.25 : 64*5.5g/L*1.25 = 440g, dilué dans 1L d'eau)

Fermentation
Ensemencement : 25/06/18 à 8h, frigo à 19.5°C / Starter décanté, 1L conservé
Mesure : 24/06/18 à 16h, SG 1.049, densité initiale
Mesure : 27/06/2018 à 21h, SG 1.020, atténuation apparente 59.2%
Mesure : 01/07/2018 à 17h, SG 1.011, atténuation apparente 77.5%
Mesure : 05/07/2018 à 22h, SG 1.011, atténuation apparente 77.5%
Consigne : 08/07/2018 à 19h, frigo de 19.5°C à 16°C

Brassage
8h53 : allumage
(12.8kg @ 18°C x 3.7 -> 67°C = 47.5L @ 72°C)
9h25 : changement bouteille ~60°C
9h40 : go 72°C
9h44 : 66.5°C (~67.5°C, thermo décalé de 1°C par rapport aux autres)
10h16 : 65°C
10h26 : test iode OK, 40 minutes
10h29 : 55L de maische
10h41 : trempe 25L
10h58 : 82°C
11h05 : 90°C
11h15 : ébu trempe, maintenir 25 minutes
11h40 : stop
11h45 : 74°C cuve matière, 52.5L de maische
11h55: recirculation, premier jus 1058 @ 70°C
12h05 : début filtration
12h12 : 22L, ajout 28g houblon
12h15 : "30L" càd au niveau sonde thermo, 63°C
12h25 : 45L, remonté à 70°C
12h31 : 55L
12h38 : 65L, débit ralentit
12h50 : 1024 70°C 81L
13h42 : ébullition, grosse cassure, débordement
14h12 : 78L
14h35 : 75L
14h42 : circuit fermé sans refroidissement, 74 -> 72L ~2L dans le circuit
14h52 : circuit fermé avec refroidissement
15h04 : 50°C, envoie fermenteur
15h17 : OK ~26°C, moins 2L en fond de cuve, 1.5L dans CC+pompe

Le brassin s'est très bien passé, c'est vraiment confortable/facile cette simple décoction. La filtration a été plus longue que sur une 100% orge mais ça reste raisonnable. Je me suis fait surprendre par la cassure à chaud qui a provoqué un bon débordement :D Les IBU seront surement un poil plus faibles. La densité est encore un à deux points trop basse, grrrr.

Photos

Je vais le répéter plusieurs fois dans l'article mais cette recette me plait par sa simplicité, on verra dans le verre le résultat ! Pour grain, 50% blé, 50% vienna, c'est tout. On constate que le blé est plus dense :-)


On entame direct sur le palier de saccharification, ça change de ma double décoction habituelle. Du coup, on commence par une pause de 30 à 40 minutes lol.


40 minutes plus tard, le test à l'iode est nickel. Le pH est comme d'hab, je pensais que le blé aurait baissé un peu ce dernier.


La trempe assez épaisse après 25 minutes d'ébullition franche. Je veux voir l'impact gustatif d'une ébullition plus longue que d'habitude; je pense que cette recette va bien se prêter à ce test.


A la recirculation, le mout me plait bien niveau trouble et teinte. Ca s'annonce point mal :D


Le premier jus est bien dense, on semble au dessus des prévisions mais le volume de maische a changée, ce qui fausse mon calcul (en plus de la correction de température ^^).


La filtration a été plus longue qu'avec du 100% orge mais globalement, ça a bien roulé. La dose en houblon aromatique est ridicule :D 28g pour 72L en FWH !


Détail marrant, une grosse couche, de protéines je pense, recouvre le gateau !


Bon, je me suis fait avoir sur l'ébullition. Avec la dose de blé et le fait qu'il n'y a pas eu de trempe claire, j'ai eu une énorme cassure à chaud = débordement sévère :D


Un peu déçu du rendement, je suis encore sous les 75% à priori ....


Références
La recette en format Brew Recipe Developer : B43_LaPropagamb_v02.bre
La police d'écriture utilisée sur les photos : www.dafont.com/fr/dymaxion-script.font

2 months ago